• 2017 Français - écriture inclusiveeee

    commentaire de Gigeoju (26 novembre 2017) sur...

    Écriture inclusive : les Eeee nous envahissent !

    Une écriture "intrusive", enlaidie de points noirs et/ou coupée à la "slash"... Bonjour la dictée ! Vouloir imposer cette écriture agressive, tant pour celui qui doit l'écrire que pour celui qui essaie de lire ce fatras de signes superflus, c'est prendre les gens pour des billes stupides, dénués d'imagination. Puisque "on" se croit "obligé" de tout déballer pour leur faire "comprendre"...

    D'ailleurs, c'est le contraire qui risque de se produire : trop de points comme autant d'infos, et trop d'infos tue l'info ; s'il y a lieu d'expliciter, il suffit de mettre les points sur les i, mais de points point trop n'en faut. Et puis, si vous êtes comme moi, allergique à ces attaques "scribales", vous ne lirez pas 2 lignes d'un texte farci de la sorte. Mauvaise farce indigeste.

    Autre problème, comment lire ces gribouillages à haute voix ? Et quid des étrangers mis devant le fait accompli d'une écriture dépassant toute limite du raisonnable ? Ce que cette écriture que "on" essaie d'imposer laisse à penser, est que ces mêmes "on" veulent, plus ou moins consciemment, obliger les Français à adopter un "globish pinyin english" que seuls les "bobos" (les "on"), pas même les authentiques anglophones, peuvent comprendre, s'il y a encore quelque chose à comprendre : un comble pour l'ère de la communication mondiale, web et consorts !!!

     

    Voir un lien externe

    François de Closets : « Écriture inclusive : le triste français du “point milieu” »

    Extrait

    « [...] Encore faudrait-il que nos enfants apprennent l’histoire de notre langue, qu’on leur explique la disparition du genre neutre ou l’écriture d’une langue romane avec un alphabet latin, etc. Il suffirait pour cela d’enseigner l’ancienneté de notre langue au lieu de nous accrocher à l’enseignement des langues anciennes, le latin et le grec. Les élèves comprendraient que, dans le cours de l’histoire, les raisons peuvent changer et les constructions rester, que l’accord masculin n’est qu’une convention grammaticale et, en aucun cas, une marque de suprématie des hommes sur les femmes.

    Il n’est pas nécessaire pour cela de compliquer encore une graphie que nos enfants ont tant de mal à apprendre, il suffirait d’en expliquer l’origine et le sens moderne. C’est ainsi que l’on respecte le repos dominical sans faire référence au "jour du Seigneur". Ainsi, refaire l’histoire du masculin-neutre et de l’accord au masculin pourrait être une excellente occasion de comprendre et de rejeter le machisme originel de notre société. »

     

    Voir un deuxième lien externe

    Moi pas vouloir "speaker" globish

    Sur [Gigeoju]

    Un commentaire sur cet article

    « Pour aller au bout de la déprime scolaire, consultez la liste des livres conseillés par l'EN, c'est à pleurer :

    http://eduscol.education.fr/cid105688/selection-2016-litterature-pour-les-collegiens.html

    Tout à fait d'accord avec le globish, il suffit d'assister à une réunion de travail internationale, quand Italiens, Allemands, Français et Indiens discutent ensemble, les Anglais ne comprennent rien !

    Pour l'anglais, c'est le retour de boomerang d'une tentative de colonisation linguistique du monde. »

     

    Voir aussi

    [Français - regards sur notre français]

    [Français - indigeste]

    [Français - inclusive... le point noir exclusif]

    [Français - inclusive.e.e.e...]

    [Féminisme anti-français]

    [Femmes, viols, etc.]

    pdf

    "si vuos pvueoz lrie ccei"

    "Les Mots"

     

     

     

    haut de page