• Chevalerie

     

    L'éthique chevaleresque

    3-Béhourd, sport de combat 'médiéval'

    Chevalier médiéval en armure

    Née en France, la chevalerie se propagea rapidement dans les autres pays ; mais la France et ses nobles en restèrent le foyer et les modèles. Basée sur les trois grandes passions de cette époque, la foi, la valeur et l’amour, cette institution toute poétique, tout idéale, ne fut jamais réalisée ; et néanmoins, dans l’imperfection et le vague où elle resta, elle fit faire de grandes choses, excita beaucoup d’enthousiasme, et eut sur le développement moral de la société la plus belle influence. (La France pittoresque)

    La chevalerie n'est pas héréditaire ; c'est l'aptitude à être chevalier qui l'est. La chevalerie s'acquiert par l'adoubement ; elle se mérite par le respect d'une éthique qui repose essentiellement sur deux vertus : prouesse et largesse.

    Chevalerie

    Adoubement de chevaliers par Jean II le Bon (1319-1364)

    La prouesse associe vaillance et loyauté : vaillance dans le combat, mais aussi dans la vie quotidienne ; loyauté envers son seigneur, son roi, sa dame ; le preux chevalier des chansons de geste est « sans peur et sans reproche », comme l'est encore le chevalier Bayard au XVIe s.

    La largesse comprend la prodigalité, la générosité, le faste. Dépenser sans compter, mais aussi être généreux envers ses adversaires, envers les faibles, tel est le code de l'honneur chevaleresque.

    Le chevalier a maintes occasions de prouver ses qualités, dans les tournois ou à la guerre, à la croisade ou dans les fêtes, sur les chemins ou auprès des dames, dans les châteaux.

    Chevalerie

    Tournoi : Charles V (1338-1380) participant aux joutes (extrait des 'Grandes chroniques de France')

    Tous ces sentiments se fondent dans la courtoisie, qui correspond très précisément au transfert de la notion de service : il s'agit désormais de servir sa dame, de lui obéir en toute circonstance.

    Les contraintes de la paix de Dieu

    L'idéal religieux, la chevalerie ne l'a pas accepté d'emblée ; l'Église a dû combattre les mauvaises tendances des chevaliers ; par la paix de Dieu, puis la trêve de Dieu, elle a imposé des contraintes, des interdits.

    Chevalerie

    Adoubement

    L'Église a développé pour cet ordre, reconnu indispensable, une ascèse adaptée à ses fonctions, dirigeant les instincts belliqueux des chevaliers dans le sens du combat contre les ennemis de Dieu ; l'Église a offert à la chevalerie un modèle de sainteté qui débouche sur la croisade, sur la conception d'une milice du Christ.

    Sacralisée par l'Église et la croisade, distinguée des « pauvres » par ses activités militaires et ses privilèges, la chevalerie est prête à se fondre avec la noblesse.

    La fusion de la noblesse et de la chevalerie a entraîné la diffusion des modèles chevaleresques ; une idéologie de classe se forme, qui donne à la noblesse une plus grande cohésion et qui dresse, entre elle et le commun, une barrière infranchissable : roman courtois, épopée, poésie lyrique sont littérature de noble, non de vilain.

    (Encyclopédie Larousse en ligne)

    ____________________

    Pour en savoir plus

    Quelques chevaliers célèbres

    chevalerie

    Godefroy de Bouillon en tenue de Héraut aux armes du royaume de Jérusalem. Premier souverain de ce royaume au terme de la première croisade, il refuse le titre de roi pour celui, plus humble, d'avoué du Saint-Sépulcre.

    Chevalerie

    Statue équestre de Bertrand du Guesclin à Dinan.

    Chevalerie

    'Heures du maréchal de Boucicaut' (détail), vers 1405-1408. Un livre d'heures est un livre liturgique destiné aux fidèles catholiques laïcs - à la différence du bréviaire, destiné aux clercs.
    Jean II L
    e Meingre (ancien français mingre : maigre, chétif), surnommé Boucicaut (
    bouciquaut désignait un mercenaire) est un maréchal de France.

    chevalerie

    Le chevalier Bayard est à l'origine du personnage du chevalier sans peur et sans reproche qui symbolise les valeurs de la chevalerie française de la fin du Moyen Âge.
    Une de ses devises est « Accipit ut det » : il reçoit pour donner.

    ____________________

    Documentations diverses

    Les pdf de Yantra

     

     

     

    haut de page