• Commentaire 2016 "Les Crises", je règle mes comptes avec toi

     

    Les-crises [http://www.les-crises.fr/et-maintenant-lislamophobie-est-un-argument-publicitaire/#comment-390416]

    TuYolPol Le 01 octobre 2016 à 11h09
     

    C’est cocasse. On est sur un média où on peut cliquer ou ne pas cliquer. Lire ou ne pas lire. Répondre ou ne pas répondre. Donner ou ne pas donner. Donc, puisque personne ne vous oblige à lire “le feuilleton Zemmour”, c’est que vous désapprouvez jusqu’à la répulsion (tout en le lisant quand-même) le fait qu’il argumente avec tant d’insistance, vous pouvez le qualifier comme vous voulez mais peu importe, sans obliger quiconque à le lire.
    Pour moi, l’intégrité et la cohérence est claire et nette.

    Ma réaction (02/10/2016)

    Cocasse aussi sur ce blog où "on" peut "modérer" ou pas, selon l'humeur du "modérateur" (surtout selon ses idées...) il me semble très FORTement. Je n'ai pas digéré le fait "qu'on" ait "modéré" mon 1er post qui était pourtant beaucoup plus "modéré" (ni insultant, ni raciste, ni incorrect, etc.) que certains qui ont passé le sas... J'ai l'impression (comme d'autres l'ont fait comprendre ici) que les "modérateurs" filtrent ce qui pourrait les gêner ou gêner ceux qui viennent sur cet article aux propos sensiblEZ, c.-à-d. orienter vers une pensée unique qui donne le ton aux "échanges" (et "on" parle d'empathie et de liberté d'expression !!!). Cela me rappelle ces quelques vers de Maxime Le Forestier (Petit Robot)
    "On mettra deux fils dans ta tête
    pour y faire entrer le savoir
    Celui que tu devras avoir
    pour être comme on dit, honnête.
    Les fils se grilleront d'eux-mêmes
    juste avant de laisser passer
    Ce qui pourrait te faire penser
    ou te poserait des problèmes."
    Par ailleurs, de quel droit reprendre une de mes phrases de mon post "modéré", donc invisible aux yeux des lecteurs, hors de son contexte, c.-à-d. en déformant ce que je voulais exprimer.
    J'ai beaucoup apprécié Les-crises par le passé. J'ai partagé nombre d'articles dont certains ont eu des échos favorables. Mais là, je comprends que ça suffit. Le blog semble atteint d'une gangrène contagieuse. Alors je préfère m'en aller et vous laisser me "modérer" ou pas si ça vous chante. Bye bye

     

    Version réduite

    Cocasse aussi sur ce blog où "on" peut "modérer" selon l'humeur, il me semble très FORTement. Je n'ai pas digéré le fait "qu'on" ait "modéré" mon 1er post qui était pourtant beaucoup plus "modéré" que certains qui ont passé le sas...
    J'ai l'impression (comme d'autres l'ont fait comprendre ici) que les "modérateurs" filtrent ce qui pourrait les gêner ou ceux qui viennent lire ces propos sensiblEZ, orienter vers une pensée unique qui donne le ton aux "échanges" (et "on" parle d'empathie et de liberté d'expression !!!).
    Par ailleurs, de quel droit reprendre une de mes phrases de mon post "modéré", donc invisible aux yeux des lecteurs, hors de son contexte, ce qui déforme ce que je voulais exprimer.
    J'ai beaucoup apprécié Les-crises. J'ai partagé nombre d'articles dont certains ont eu des échos favorables. Mais là, je comprends que ça suffit. Le blog semble atteint d'une gangrène contagieuse. Alors je préfère m'en aller et vous laisser me "modérer" ou pas si ça vous chante. Bye bye

     

    Thomas Grenier (FB 02/10/16) Les crises est devenu le repère des lecteurs de Rivarol...

    Le repaire des lecteurs de Rivarol... (citation d'Antoine de Rivarol dans l'hebdomadaire d'extrême-droite du même nom : « Quand les peuples cessent d'estimer, ils cessent d'obéir », vu sur Wikipédia).

    Pour ma part, voici un post (ce jour 02/10/16) qui a bien sûr été "modéré" (euphémisme pour "censuré") :

    « Cocasse [allusion au commentaire de TuYolPol du 1er octobre] aussi sur ce blog où "on" peut "modérer" selon l'humeur, il me semble très FORTement. Je n'ai pas digéré le fait "qu'on" ait "modéré" mon 1er post qui était pourtant beaucoup plus "modéré" que certains qui ont passé le sas...
    J'ai l'impression (comme d'autres l'ont fait comprendre ici) que les "modérateurs" filtrent ce qui pourrait les gêner ou ceux qui viennent lire ces propos sensiblEZ, orienter vers une pensée unique qui donne le ton aux "échanges" (et "on" parle d'empathie et de liberté d'expression !!!).
    Par ailleurs, de quel droit reprendre une de mes phrases de mon post "modéré", donc invisible aux yeux des lecteurs, hors de son contexte, ce qui déforme ce que je voulais exprimer.
    J'ai beaucoup apprécié Les-crises. J'ai partagé nombre d'articles dont certains ont eu des échos favorables. Mais là, je comprends que ça suffit. Le blog semble atteint d'une gangrène contagieuse. Alors je préfère m'en aller et vous laisser me "modérer" ou pas si ça vous chante. Bye bye
    »

     

    Françoise Le 02 octobre 2016 à 00h52
      

    L’empathie n’est nullement une question d’éducation. Elle ne s’apprend pas. C’est une prédisposition que l’on peut entraîner et améliorer, si on y est “prédisposé”, comme le talent de dessinateur ou de danseur, mais tout le monde n’est pas doué pour le dessin ou la danse… et l’empathie.
    En fait, ce n’est pas “l’empathie” qu’on peut perdre. Parlons plutôt de compassion qui elle peut se développer avec l’exemple des autres, ou se distordre…

    sg Le 02 octobre 2016 à 13h25 
     
     Oui effectivement, compassion est plus appropriée ici. Bien que chacun ait des prédispositions à l’empathie plus ou moins grande, la compassion se développe avec l’expérience et les connaissances, que ce soit par le contact comme vous le dites Françoise qui permet d’humaniser les “autres”, ou par la réduction de biais et de préjugés de raisonnement.

    Perso, je juge plus difficilement quelqu’un d’éduqué qui me sort des amalgames et préjugés gros comme une maison, que quelqu’un qui est peu ou pas éduqué…

     +1