• Moineaux - Albert Glatigny

    Les moineaux

     

    Qu'ils sont jolis, les moineaux francs *,
    Les effrontés, que je les aime !
    Peuple insoucieux et bohème,
    Ils sont crânes et conquérants !
    Petits, ils se moquent des grands
    Ils nargueraient l'aigle lui-même,
    Qu'ils sont jolis, les moineaux francs !
    Sous les vastes cieux transparents,
    Que la nuit d'étoiles parsème,
    Le rossignol dit son poème.
    Gavroches au soleil errant,
    Qu'ils sont jolis, les moineaux francs !

     

    * Les moineaux francs sont sans aucune fausseté ni malice !

    Albert Glatigny

     

    Joseph-Albert-Alexandre Glatigny, dit « Albert Glatigny », né à Lillebonne (Seine-maritime, Haute-Normandie) le 21 mai 1839 et mort à Sèvres (Hauts-de-Seine, Île-de-France) le 16 avril 1873 (à presque 34 ans, emporté par une maladie de poitrine dont il a peut-être contracté le germe en Corse, où un gendarme, le prenant pour l’assassin Charles Jud l’avait stupidement enfermé pendant plusieurs jours dans une espèce de cave), est un poète, écrivain, comédien et dramaturge français. En 1917, il a reçu, à titre posthume, le prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

     

    Voir aussi Les Chinois et les Moineaux