• ☯ Nous parlons de la mort

    Page révisée fin mars 2019

    Nous parlons de la mort...

    « ... en termes mondains, mais qu'est-ce que la mort ? C'est un changement de perception. Toute la manifestation perçue dans ce monde s'arrête pour laisser la place à une autre forme de perception. Mais il n'y a pas vraiment d'interruption : l'esprit perçoit de la même façon, a les mêmes formes d'expériences ; le contexte est différent mais, fondamentalement, c'est la même chose...

    Accueil

    ... En fait, la mort est une illusion, elle n'existe pas dans le sens où nous la percevons comme "cessation de la vie et après il n'y a plus rien".

    La mort est une continuité : on change de plan de perception, on ne perçoit plus les mêmes choses, mais on perçoit toujours avec la même structure. Ce qui est perçu après la mort est la continuité du passif karmique qui vient à maturité, est expérimenté au travers des sens, etc., et que l'on apprécie ou n'apprécie pas selon qu'il s'agit d'un karma négatif ou positif, selon que ce sont des expériences agréables ou désagréables, effrayantes ou paisibles.

    La mort peut être assimilée à un déménagement : on habite dans une maison dans laquelle on a ses habitudes, et un jour on meurt, on déménage, on emporte ses valises karmiques pour aller habiter ailleurs, dans un autre contexte.

    Les enseignements que l'on reçoit sur le Dharma comportent beaucoup de termes très impressionnants avec l'adjectif "grand", comme Mahamoudra le "Grand Sceau", ou Mahā-ati la "Grande Perfection", ou Prajñāpāramitā la "Perfection de Sagesse".

    Ce sont des noms que nous parvenons difficilement à relier à notre propre expérience. Il est plus facile d'accéder à la réalisation de ces termes au travers du Bouddha Amitābha. Celui-ci s'est mis à la disposition des êtres ordinaires afin que tous puissent parvenir à sa terre pure et de là, progresser rapidement vers ces grandes réalisations qui pour l'instant sont difficiles à comprendre.

    On peut bien sûr réaliser le Mahamoudra et le Maha-ati, mais les comprendre demande un investissement total ; il faut avoir beaucoup d'énergie et de volonté, pratiquer avec assiduité, surtout ce que l'on appelle les deux phases de développement - phase de création et phase d'achèvement - pour finalement arriver à la réalisation de ces états. »

    Lama Guendune Rinpoché - transmis par Roger Ricciuti

     

    ----------

    Voir aussi

    Voir Série Guendune de Yantra

     

     

     

    haut de page