• ☼ Pierre Cardin 1922-2020

    Pierre Cardin

    1922 - 29 décembre 2020

    Le couturier Pierre Cardin est décédé mardi 29 décembre, à l'âge de 98 ans. Il était un styliste visionnaire, l'un des pionniers du prêt-à-porter. Le dernier nabab de la mode, le seul à être encore propriétaire de sa griffe. De ses doigts d'or, seul, il a bâti un empire, qui fait travailler aujourd'hui encore 200 000 personnes dans le monde : la marque qu'il a fondée est désormais présente dans plus de 100 pays.

    Pierre Cardin portrait officiel

    Français, Pierre Cardin ne l’était pas vraiment, puisque né Pietro Costante Cardini en 1922 en Italie. Ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que sa famille émigre en France. Ses premières armes, il les fait comme comptable chez Manby, couturier à Vichy (Allier), ville qu’il rejoint à bicyclette durant l’exode qu’on sait. Après quoi, il devint apprenti-tailleur à Paris, chez Paquin, puis chez Christian Dior en 1947, qui a tout de suite décelé son génie artistique. 

    Le visionnaire

    À la Libération, Pierre Cardin poursuit son irrésistible ascension, louant ses talents au gotha de la haute couture d’alors : Jeanne Paquin, Elsa Schiaparelli et Christian Dior, dont il devient premier tailleur. Il en profite pour côtoyer les têtes connues de l’époque, Jean Cocteau au premier chef, pour lequel il crée les costumes de son film La Belle et la Bête, en 1946. Moins de dix ans plus tard, il invente ce que l’on nommera plus tard le "prêt-à-porter" dans l'idée de

    "créer des vêtement qui habillent aussi bien la duchesse de Windsor que les concierges"

    Ce qui suscita un joli tollé dans ce monde très élitiste.

    L'homme au flair

    Mieux : Pierre Cardin a du flair. Car c’est lui qui, à la mi-temps des sixties londoniennes, rhabille un petit groupe de rock and roll promis à un assez bel avenir : The Beatles. Là, sous l’impulsion de Brian Epstein, leur très malin manager, il leur fait troquer Perfecto de cuir et jeans crasseux contre ses fameux uniformes aux vestes sans col. Et c’est encore lui qui habille Patrick Macnee, John Steed dans l’emblématique feuilleton Chapeau melon et bottes de cuir : boots en daim, costumes cintrés à la taille et, parfois, chemises aux motifs fleuris. Bref, tout sourit à cet audacieux gandin :

    "Je suis moi-même mon plus beau succès. Je suis un enfant des faubourgs, je suis devenu Pierre Cardin."

    Quatre ans d'amour avec Jeanne Moreau

    En 1950, Pierre Cardin crée sa propre maison, rue du Faubourg-Saint-Honoré, et révolutionne la couture avec des formes géométriques et inspirations cinétiques. Il devient le couturier qui compte, auquel va succomber la star de l'époque, Jeanne Moreau : quatre ans d'amour passionné suivront, devenus une belle amitié. Le styliste confia en 1997 :

    "Jeanne était la grande actrice, moi j'étais le grand couturier, donc je n'ai pas épousé Moreau, elle n'a pas épousé Cardin."

    Pierre Cardin 28 janvier 2012

     

     

    Sources

    [https://www.francetvinfo.fr/culture/mode/pierre-cardin/mort-de-pierre-cardin-retour-sur-le-parcours-du-styliste-visionnaire_4237495.html] [vidéo]

    Boulevard Voltaire

    Document

    Il y a deux mois [le 29 décembre 2020] disparaissait Pierre Cardin, géant français de la haute couture. Durant presque soixante ans, Renée Taponier a œuvré à ses côtés. Entrée à 14 ans dans la prestigieuse maison, l’ancienne apprentie veille aujourd’hui sur son musée et plus d’un demi-siècle d’histoire de la mode. De fil en aiguille, récit d’un parcours aussi discret qu’exemplaire.

    Pierre Cardin et Renée Taponier dans un jardin de Turquie en 1975

     

    Pause dans un jardin de Turquie, en 1975. Défilés, salons, expositions et rétrospectives ont permis à l’ex-apprentie de voyager énormément en compagnie de Pierre Cardin, ici à son côté.

    La suite => Le Pèlerin 24/02/2021 [archive]

     

     

     

    haut de page