• Vocabulaire de la Presse

    Page en construction

    Vocabulaire de la Presse

    Voir aussi Regards sur notre français (avec citations)

    Définitions - Pense-bête de Noms propres - Vocabulaire du Monde du travail

    Appendice

    En bande dessinée, prolongement de la bulle (voir Phylactère), plein pour des paroles ou en  petits cercles pour une pensée.

    bulle parle et pense 2

    Voir

    Étapes de la création d'une bande dessinée (Apprendre à dessiner 14/10/2019)

    Les étapes d'une création d'une bande dessinée (citebd.org) pdf

    Bouclage

    C'est le fait d'avoir terminé son travail, prêt à l'impression.

    Cartouche

    "un cartouche" peut désigner un symbole hiéroglyphique de forme allongée et fermé par un nœud, qui contient le nom d'un pharaon. (Wikipédia)

    Dans l'audiovisuel (plateaux télé, jeux, etc.) le terme est employé pour désigner le cadre, l'encadré, contenant le nom d'un invité, d'un artiste, etc. servant à l'identifier ;

    en architecture, le cartouche est un ornement de pierre taillée portant une inscription gravée ;

    en dessin technique, le cartouche d'inscriptions est un cadre portant les références du dessin ;

    dans le domaine de la signalisation routière, un cartouche permet d'identifier le type et le numéro de la voie.

    D'après Wikipédia

    Chemin de fer

    C'est le résultat d'avoir disposé toutes les épreuves des pages du journal sur une seule ligne pour apprécier l'ensemble, ce qui le fait ressembler à un train, les pages étant les "wagons".

    Communication

    Voir regards sur notre français

    Voir aussi ce lien externe Les génies de la communication politique (Causeur 10/10/2019)

    Coquilles

    Ce sont les erreurs et/ou les malformations typographiques, les fautes d'orthographe...

    Droits (d'auteur)

    Droits d’auteurs et droits voisins - Comme prévu, la presse a perdu

    « Depuis plusieurs années, ces quelques billets sont l’occasion de suivre les cheminements souvent malaisés de la législation française et européenne en matière de droit d’auteur, droits voisins et droits relatifs : copieusement tabassée par des parlementaires généralement peu au fait des nouvelles technologies et généreusement cornaqués par des lobbys industriels et autres sociétés d’ayant-droits qui comprennent bien l’intérêt de verrouiller leurs marchés dans des lois toujours plus contraignantes, cette législation n’a pas arrêté d’empiler des textes inopérants voire contre-productifs. »

    Hashtable (28/10/2019) [archive sans vidéo]

    Quelques impressions d'internautes

    Le RGPD revient à cliquer 50 fois par jour et 365 par an sur son acceptation des cookies… Quelle avancée ! Et encore, ça c’est côté utilisateur ! Côté entreprise (je parle des TPE/PME), c’est un monceau de paperasse, de temps administratif (donc improductif), bref de perte de valeur. Sans parler des risques en cas de dénonciation…

    Tu peux refuser… et sinon, tu vas dans la section gestion des cookies/vie privée de ton navigateur...

    Quand on voit le CV de la pastèque allemande qui a pondu le truc, je ne suis pas convaincu. On est plus dans la synergie « ignorance + idéologie » que dans le machiavélisme. Et comme toujours, une incapacité à prévoir les effets de bord...

    Voir SACD : droits d'auteurs, infos, actus...

    Voir aussi Livre plus bas

    Écrivain

    Voir regards sur notre français

    Éditorial

    Voir regards sur notre français

    Godwin

    Le point Godwin est cette manière de clouer le bec de son adversaire en lui trouvant un petit air de troisième Reich...

    Voir Définitions

    Idéogramme

    Symbole(s) qui exprime(nt) les sentiments des personnages.

    idéogrammes injures !

    Voir

    Étapes de la création d'une bande dessinée (Apprendre à dessiner 14/10/2019)

    Les étapes d'une création d'une bande dessinée (citebd.org) pdf

    "Information"

    Voir aussi Internet et "informations"

    "... dans toute activité journalistique, il est indispensable de donner les sources et toutes les sources originelles. Ceci afin de ne pas faire de la presse émotionnelle, en citant l’homme qui a dit, ce qu’il a lu, de celui qui a écrit, à partir de ce que l’autre a dit etc. Surtout si l’on veut être crédible. Il n’y a pas de fumée sans feu. Mais faisons du journalisme, pas des rumeurs..." (Estrangin) 

    "... pas forcément contestable encore faudrait-il que les sources sur lesquelles il s’appuie soient référencées. En l’absence de celles-ci cet article est suspect et je ne comprends même pas qu’il puisse être publié par des scientifiques sérieux" (Falco)

    Réactions d'internautes à propos de l'article Grève des médecins...
    Vu dans les Commentaires de Gigeoju

    Nous ne cherchons plus à savoir si une idée est juste, mais si elle fera souffrir telle communauté Marianne 22/11/2019 [en cache]

    "Sans détailler comme vous le faites, le problème philosophique est en fait beaucoup plus simple, et lié aux théories du langage et de la communication. On n'est responsable que de ce qu'on dit, et aucunement de comment les autres l'interprètent ou le ressentent. Les sentiments d'une personne sont son problème propre, ils sont internes, ils ne peuvent pas et ne doivent jamais être considérés comme la conséquence des mots des autres. Avant, on apprenait aux jeunes à maîtriser leurs passions, et à se sentir responsables (au sens de : "ça me concerne", pas au sens de "c'est de ma faute") de leurs émotions. Maintenant, ces geignards arrogants accros au selfie et à Instagram voudraient que ce soit la faute des autres s'ils ont des émotions qui les dépassent..." (internaute PierreA)

    Internet et "informations"

    Voir aussi "Information"

    « Autrefois, à l’époque des journaux en papier, vous aviez des êtres humains (journalistes, rédacteurs en chef…) qui s’efforçaient de réfléchir et d’éditer des journaux avec sérieux, professionnalisme. Chaque journal se devait d’être équilibré, en présentant un ensemble d’articles reflétant en gros la complexité et la diversité du monde.

    Les journaux avaient beaucoup de moyens car ils se partageaient d’importants revenus publicitaires. Ils pouvaient donc employer des personnes de haut niveau pour faire des enquêtes approfondies, des reportages fouillés, sur des sujets intéressants, vérifier les informations. Les journaux étaient en outre jugés par les lecteurs, sur la qualité et le sérieux des articles. Si un journal se mettait à raconter n’importe quoi, ou à sélectionner des articles aberrants allant toujours dans le même sens, les gens se rendaient compte qu’il y avait un problème d’objectivité, ils achetaient un autre journal, les recettes financières du journal fantaisiste diminuaient, et il disparaissait car entretenir un journal coûtait très cher.

    Aujourd’hui, la situation est chamboulée. Avec Internet, les journaux n’ont plus de quoi payer de bons journalistes. Ils sont remplacés par des stagiaires, des pigistes, des jeunes sans expérience, mal payés, avec très peu de temps pour faire leur travail. Résultat, ils publient des articles encore plus faibles, éloignant encore plus les lecteurs et diminuant encore les maigres revenus publicitaires qui restaient. Tout ce qui leur reste et qui fonctionne encore un peu est leur site Internet.

    Le but des articles n’est pas de vous informer, mais de vous énerver pour vous faire "cliquer"

    ... sur un site Internet, la façon la plus simple de récolter de l’argent est de faire cliquer les gens sur des liens vers des publicités. Chaque clic rapporte une commission, et c’est en fait pratiquement le seul revenu de tous ces sites.

    Des "robots" sont donc programmés pour sélectionner les publicités et articles qui génèrent le plus de clics, et les afficher sur les pages. Des sociétés spécialisées mettent en avant ces publicités et articles : Outbrain, Taboola, Ligatus, etc. Vous voyez souvent ces noms en petit à côté des vignettes qui affichent des titres et des images racoleuses.

    Internet est donc devenu une machine gigantesque à collecter, aux quatre coins du monde, non les faits objectivement les plus inquiétants, mais ceux qui provoquent le plus de panique dans notre cerveau... C’est à qui annoncera la catastrophe la plus folle, le fait divers le plus abominable, le désastre nucléaire, mondial, intersidéral, le plus définitif.

    Nous ne pouvons tout simplement pas résister à cliquer. Nous avons besoin de savoir. Même si nous n’y croyons pas, il faut tout de même jeter un œil, ne serait-ce que pour nous assurer que le désastre ne va pas se produire dans la journée. C’est ainsi que… "clic". Et une commission de quelques centimes tombe dans la poche du journal qui est parvenu à nous donner ainsi la frousse.

    Ce n’est absolument pas un hasard si le développement d’Internet, et plus précisément des smartphones, a coïncidé avec la généralisation des théories apocalyptiques sur l’avenir, et une énorme augmentation du nombre de dépressions... »

    Moral au beau fixe cet été (Santé Nature Innovation) extrait [archive]

    Guillaume Bigot, spécialiste de géopolitique : « On ne fait pas l'effort de digérer l'information » Boulevard Voltaire 27/11/2019 [archive sans photo ni vidéo]

    On peut avoir accès à toutes les informations. On peut tout savoir à pratiquement n’importe quel moment. C’est la raison pour laquelle on ne comprend plus rien. On sait tout et on ne comprend plus rien.

    Ce mercredi soir [27/11/19] est inaugurée l’Académie Cicéron. Une initiative portée par Guillaume Bigot, spécialiste de géopolitique, Aquilino Morelle, Stéphane Simon et d’autres encore. Son but : réhabiliter la culture générale pour le plus grand monde. Avec des intervenants comme Zineb El Rhazoui, Yann Moix*, Jacques Sapir, Laurent Alexandre et d’autres.

    [*« Nous ne partageons absolument pas les vues politiques de Yann Moix. D’ailleurs, qui les partageraient ? Je ne sais même pas si lui-même les partage. Il a des positions qui ne sont vraiment pas claires. En revanche, Yann Moix est un grand romancier. Il entretient un commerce assez intime, fin et original avec l’histoire de la littérature française. Il sera un très grand professeur de littérature. C’est une certitude.

    Hector Obalk est un grand spécialiste de la peinture. Il avait créé l’émission Grand art sur Arte. C’est un homme qui a mémorisé des milliers d’œuvres d’art et de peintures. Il a le soin du détail. Il peut vous en parler savamment, mais il peut aussi vous donner l’envie d’aller dans les musées et de comprendre l’histoire de la peinture. Nous avons choisi nos intervenants non pas en fonction de leurs options politiques, mais en fonction de leur capacité à transmettre. [...] » (extrait)]

    [https://www.youtube.com/watch?v=KEwFYHZ96Tw&feature=youtu.be]

    Autre extrait

    « [...] plus il y a d’informations plus il faut pouvoir les trier, les classer et les ordonner. [...] moins vous avez de temps de cerveau disponible plus votre capacité de concentration est happée et constamment sollicitée et plus vous avez intérêt pendant certaines plages à éteindre vos portables et à allumer vos cerveaux. C’est fondamental si vous voulez comprendre quelque chose et à nouveau vous concentrer. [Un] troisième argument est précisément celui de l’abondance des informations et de la mise à disposition de toutes les informations.
    Les calculettes ont détruit le calcul mental. Les gens ne font plus les opérations arithmétiques simples dans leur cerveau, ils confient cela aux machines. La révolution numérique et Internet vont beaucoup plus loin. C’est en train de disrupter la culture, tout simplement. Si vous n’êtes pas en mesure de processer vous-même les informations, si votre horloge interne, votre cerveau ne digère pas, ne macère pas et n’assimile pas les informations, elles restent extérieures.
    Ce qui est extrêmement dangereux avec les ordinateurs, c’est que ce ne sont pas des prothèses des muscles, mais des prothèses des cerveaux. Ils pensent à votre place. Moins vous pensez et plus vous êtes manipulable. »

    Lawfare

    Le lawfare est une tactique d’instrumentalisation de la justice à des fins politiques. Ses "ingrédients" : accusations sans preuve, justice d’exception, violation des droits et libertés, dénigrement médiatique...

    Voir Définitions

    Liberté d'expression

    Encore une belle semaine pour la liberté d’expression en France (15/11/2019) | Hashtable [http://h16free.com/2019/11/15/64810-encore-une-belle-semaine-pour-la-liberte-dexpression-en-france] [archive]

    Livre

    Le livre est défini par Littré comme une « réunion de plusieurs feuilles servant de support à un texte manuscrit ou imprimé ».

    Dans son Nouveau Dictionnaire universel (édition de 1870), Maurice Lachâtre le définit comme un « assemblage de plusieurs feuilles de papier, de vélin, de parchemin, imprimées ou écrites à la main cousues ensemble et formant un volume recouvert d'une feuille de papier, de carton, de parchemin, de basane, de veau, de maroquin, etc. ».

    Source : Article Livre (document) de Wikipédia en français (auteurs)

    Doc : Contenus soumis à la licence CC-BY-SA

    Voir aussi Lexique pense-bête de noms

    et Droits (d'auteur) plus haut

    Missions de la presse

    Voir Les 4 missions de la presse libre

    Morasse

    En imprimerie, une morasse est la dernière épreuve des pages d’un journal avant impression, pour une révision générale, le plus souvent noire d’encre, d’où son nom (de l’italien moraccio, noiraud) et portant la note “bon à tirer”.

    Le morassier est l'ouvrier typographe chargé de corriger les morasses.

    Impression de morassier

    Mort kilométrique

    Voir regards sur notre français

    Neutralité axiologique

    L'expression « neutralité axiologique » défendue par Max Weber dans ses conférences (Le Savant et le politique) est passée à l'usage pour défendre un point de vue (en l'occurrence celui de l'historien ou du sociologue) tentant d'atteindre un maximum d'objectivité en s'interdisant tout jugement de valeur et toute critique de ce qui fait l'objet de son analyse.

    (Wikipédia)

    Vu dans Michéa l’hérétique et les Inquisiteurs des Temps Modernes

    Oreilles

    Ce sont les marges, à droite et à gauche de la page.

    Ours

    C'est une sorte d'organigramme, faisant apparaître les noms et fonctions précises de chaque membre de l'équipe.

    Phylactère

    En bande dessinée, c'est la bulle dans laquelle est écrit ce que dit, pense, ressent un personnage (dictionnaire de L'Internaute)

    Voir aussi : Phylactère (bande dessinée)

    Voir

    Étapes de la création d'une bande dessinée (Apprendre à dessiner 14/10/2019)

    Les étapes d'une création d'une bande dessinée (citebd.org) pdf

    Planche

    En bande dessinée, page entière composée de "cases" dans lesquelles il y a un dessin, les vignettes, qui font progresser l'histoire.

    Planche Gaston Lagaffe - Tome 10 Lagaffe nous gâte

    Planche Gaston Lagaffe - Tome 10 Lagaffe nous gâte

    Voir

    Étapes de la création d'une bande dessinée (Apprendre à dessiner 14/10/2019)

    Les étapes d'une création d'une bande dessinée (citebd.org) pdf

    Politiquement correct

    Voir Liberté d'expression

    Raccourcis clavier

    Voir Raccourcis clavier de base

    Traducteur, traduction

    « A-t-on encore besoin de traducteurs ?

    Voilà, formulée crûment, LA question dérangeante, celle que personne n’ose poser. La réponse est pourtant évidente. Le traducteur aura toujours sa raison d’être tant et aussi longtemps qu’il y aura une diversité de langues parlées sur la planète. La vraie question n’est donc pas de savoir si les traductions deviendront chose du passé — cela ne se produira que le jour, qui n’est pas encore venu (1), où tous les hommes parleront une même langue —, mais bien de savoir qui aura la charge de faire ces traductions. L’homme ou la machine ? Le traducteur ou l’ordinateur ?

    (1) Le jour où nous parlerons tous une même langue n’est pas encore venu et risque fort de ne jamais se pointer. Non pas qu’il n’y ait pas de signes annonciateurs (Voir La France donne sa langue au… cat ou encore "Do you speak" encore français ?) mais, au vu des efforts faits pour contrer le phénomène autant chez les peuples autochtones, qu’au Québec, en Acadie et même en France, on peut manifester un certain optimisme. Car sauver sa langue, n’est-ce pas sauver son identité ? »

    Traducteur : une profession dépassée ? (1 de 2) - La langue française et ses caprices

    Voir, de Gigeoju : L'enfer de la subjectivité

    Vignette (bande dessinée) : voir Planche

     

    ____________________

    Documentations diverses

    Liens externes

    “ Dans Le Figaro (06 novembre 2019), le romancier Jean-Marie Rouart appelle à résister à l'invasion du franglais, plus brutale que jamais. Isabelle Grégor, professeur de lettres, a ses mots à elle pour exprimer son inquiétude... »

    « J'entends d'ici les ricanements : quel combat d'arrière-garde ! Vous n'êtes qu'une bande de vieux schnocks restés au temps de la plume d'oie et de l'encrier. Le temps est à l'ouverture aux autres et au monde, que diable ! Certes... mais prenons garde à différencier enrichissement et globalisation, français et globish (anglais basique ou anglais d'aéroport). Une fois de plus il faut tirer le signal d'alarme pour garder un langage (que les jeunes orthographient language...) non seulement correct, mais simplement compréhensible. N'oublions pas que chaque mot est lié à un concept précis qui n'est pas obligatoirement le même dans la langue des voisins. Il n'y a plus qu'à espérer que cette tendance ne soit qu'une simple mode de créateurs en panne de création. »

    Regards sur le "journalisme" français

    [https://www.youtube.com/watch?v=aPfBxifbjPw] 15 novembre 2019

    « On pourrait composer un roman rien qu'avec les expressions obligatoires du genre "cerise sur le gâteau" mais ce serait le roman de la fin d'une culture. »

     

     

     

    haut de page