• 2016 Brexit 23 juin

     

    Un certain 23 juin, outre Manche... 

    http://ekladata.com/MAlHnhQEkGUwbIwjOMNmwgu9GgI/mepriser-le-peuple-24-06-2016.jpg

    Une étincelle a mis le feu aux poudres. Un simple référendum a mis à vif l'extrême tension dans laquelle l'Europe est plongée. Son résultat a déchaîné les passions et les mauvais joueurs ont crié à la tricherie avec les insultes qui vont avec. On m'a toujours dit que l'insulte était l'ultime défense de ceux qui sont à bout d'arguments ou ne savent plus argumenter tant ils sont pleins de haine.

    Les masques tombent donc et l'on découvre des visages pétris de noirs desseins et, pour parler bas, le formidable foutage de gueule dont les peuples d'EU font l'objet.

    Démocratie ? Mon œil ! Empathie, amour ? tu parles ! Que des mots dont certains en ont tellement plein la bouche qu'ils n'en connaissent même plus la saveur, comme le goinfre qui s'empiffre. Ils ne savent même plus comment ces mots se pratiquent, tout occupés qu'ils sont à chercher à nuire à leur prochain et à s'engraisser tant et plus...

    Le peuple est ignare ? Soit, mais on ne peut connaître ce qu'on nous cache. Et si d'aventure une gueuse oreille entend un « zélite » parler, elle ne pourra comprendre sa langue de bois. C'est aussi logique qu'un chien ne s'appelle pas un chat...

    Je me retiens sur la question des migrants, car là-aussi, et plus que dans n'importe quel autre domaine, il y a une vaste supercherie à grand renfort de culpabilisation. Oui, « on » veut nous faire croire que nous sommes, nous Occidentaux, d'affreux tortionnaires qui ne méritons pas de vivre. Mais ces « migrants » ne sont pas tous de pauvres brebis égarées. Nous refusons de laisser entrer une bande notoire de teigneux malintentionnés ? Nous sommes traités de racistes !!! À croire que nombre d'entre nous sont devenus fous, à en avoir perdu tout sens critique et discernement, toute morale et toute valeur.

    D'ailleurs, les étrangers (outre Europe) sont stupéfaits de constater combien les Français n'aiment pas leur pays. Pour eux, la moindre des choses, est d'être fier de qui on est... C'est eux qui sont dans le vrai. Ce sont les Français qui ont un gros problème.

    Mais le propos de cette page est axé autour du Brexit. J'ai collecté quelques articles sur le sujet, que je laisse à votre appréciation. J'ai juste développé quelques extraits et commentaires et posé des liens qui me paraissaient intéressants. Je ne prendrai pas parti et laisse la responsabilité des dires à leurs auteurs (articles) et des remarques exprimées de ceux qui les ont lus (commentaires).

    Bonne lecture ! Vous êtes au cœur de l'Histoire !

    Voir : Le meilleur du pire de la couverture médiatique du « Brexit »

     

    Brexit chronique

     

    15 dates fondamentales qui retracent l’histoire de l’Union européenne

    « Brexit : le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne le 24 juin 2016, ce choc historique marque un bouleversement pour cette institution vieille de plus de soixante ans. Instaurée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, retour sur les grandes dates qui ont marqué l’évolution de l’Union européenne. »

    Brexit et les trois vies de l'Europe - 17-06-2016

    Extrait

    « Le référendum britannique sur l'Union européenne met en émoi les élites du Continent. Pour en comprendre les enjeux, faisons un retour sur l'histoire de l'idée européenne, une idée française à laquelle Victor Hugo a donné la dimension d'une épopée...

    [Voir Pierre-Henri Leroux]

    Évoquée d'abord en catimini par quelques utopistes, l'idée européenne entre une première fois dans le champ politique en 1849 avec Victor Hugo, une deuxième fois en 1950 avec Jean Monnet, une troisième fois en 1988 avec Jacques Delors, à chaque fois inspirée par des Français, ce qui est normal car la France est à la jonction de toutes les sensibilités européennes, l'atlantique, la méditerranéenne et la germanique, à l'exception de la slave. »

    Commentaires

    « L'Angleterre a toujours été la cinquième colonne en Europe faisant en sorte que personne n'y domine et tout cela seulement dans son propre intérêt.

    Le Commonwealth reste son empire virtuel mais réel en même temps. Avec elle c'est le beurre et l'argent du beurre. Ils n'ont pas gagné la guerre de cent ans mais beaucoup d'Anglais vivent en France sans même parler le français.

    Les Allemands ont perdu les deux guerres mais ils gagnent la paix, dominant l'Europe.
    Un frexit aménagé apparaît vital pour que la France retrouve sa dignité et sa propre raison d'être ! »

    (GM-Margane 19-06-2016)

    __________

    « Brillant résumé d'un siècle et demi d'illusions. Je regrette qu'il y manque le manipulateur de la "construction européenne" depuis 1945, à savoir le gouvernement des États-Unis, employeur de Jean Monnet. »

    (Jacques 20-06-2016)

    __________

    « Cela me rappelle les mots fameux de Churchill à propos d'une autre bataille d'Angleterre :

    Now this is not the end. It is not even the beginning of the end.
    But it is, perhaps, the end of the beginning
    .

    En effet, on peut s'attendre à un effet domino suite à la victoire du Brexit. »

    (Gilles Aerts 21-06-2016)

    __________

    « Bonjour.
    Article intéressant sur le Brexit, mais sauter de Victor Hugo à Monnet (le rêve et l'économie) c'est faire l'impasse sur un moment essentiel pour la construction de l'Europe, à savoir la création du Conseil de l'Europe et la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales.
    Les gouvernements de pays européens y prennent l'engagement de construire un espace où les droits de l'homme sont protégés, la démocratie renforcée et où règne la prééminence du droit (cour pouvant être interpellée par un citoyen si ces droits ne sont pas respectés dans son État).
    Cela a une importance aussi grande que les petits pas nous conduisant à une superstructure en crise.
    Mais politiques et historiens font l'impasse sur ce moment fondateur. Il serait temps de remettre l'histoire sur pied.
    Merci pour votre travail remarquable. »

    (André 21-06-2016)

    __________

    « Comme celui de Joseph Savès, les points de vue de Jacques et Margane sont révélateurs : nous peinons à nous dégager de l'emprise délétère de deux siècles d'opium nationaliste.

    Romain Gary disait que "le patriotisme c'est l'amour des siens, le nationalisme, c'est la haine des autres".

    [voir De Numa à Grégoire (pdf)] 

    Le mythe nationaliste fait que l'on s'accroche à la souveraineté nominale (une monnaie, une politique extérieure nationales, etc.) comme le singe, dans le piège rustique que lui tendent dit-on les Asiatiques, s'agrippe mordicus à sa dérisoire friandise se rendant ainsi volontairement prisonnier des villageois qui sans coup férir s'en emparent.
    Romantisme, quand tu nous tiens ! Descartes, au secours ! »

    (Rémy Volpi 23-06-2016)

     

    François Asselineau prophétise un possible assassinat au Royaume-Uni pour contrer le OUI au Brexit - 17-06-2016

    Manipulations : Assassinats de Anna Lindh et Jo Cox

    François Asselineau, président de l'Union Populaire Républicaine (UPR), avait prophétisé un possible assassinat au Royaume-Uni pour contrer le OUI au Brexit...

    Extrait

    Travailliste (Labour)
    membre du Parlement
    le 12 mai 2016

     

    « Extrait de l’entretien de François Asselineau sur Radio Sputnik le 09 juin 2016, c’est-à-dire 6 jours avant l’assassinat de la députée britannique [Jo Cox, le 16 juin 2016], à Leeds.

    YouYube ici : [https://www.youtube.com/watch?v=hsPzCyihbmI]

    ou là [https ://www.youtube.com/watch?v=x2PwVI843mQ]

    À qui profite le crime ? Il existe en effet des coïncidences troublantes, tandis que deux sondages donnaient le Oui au brexit (sortie de l’UE) largement gagnant juste la veille de l’assassinat de Madame Cox. Pourquoi les gagnants probables auraient-ils compromis leur succès ?

    http://ekladata.com/5bpztsgeLvmlc8z92OVj8Uh6_p0/Anna-Lindh-Foreign-minister-Sweden-Oct-2002.jpg

    Ministre suédoise
    des Affaires Étrangères
    en octobre 2002

      Dans cet entretien, François Asselineau mettait en garde contre le risque qu’il se passe au Royaume-Uni la même chose qu’en Suède en 2003 : un assassinat pour démobiliser le camp du Brexit. En Suède il s’agissait d’un référendum en faveur de la zone euro et de l’assassinat d’une ministre [Anna Lindh]. »

    À noter le profil de l’assassin, très comparable à celui de l’assassin de la ministre suédoise.

    Cela rappelle aussi la nouvelle subite, juste avant les élections, du cancer de François Mitterrand, ou le scandale du pied de parasol du cimetière juif de Carpentras alors que le FN était sur le point de remporter les élections, il était désigné coupable d’office.

    Cela rappelle aussi l’étrange résultat des élections présidentielles en Autriche, dont les éléments en faveur d’une manipulation du résultat semblent accablants.

    Sans compter le non des Français et des Irlandais à la constitution européenne, qui a été pourtant mise en œuvre par le traité de Lisbonne.

    Depuis les Français ne sont plus consultés par référendum.

    Désormais le camp mondialiste semble prêt à tout pour étouffer la voix des peuples !

    Commentaire

    « ... j’ai constaté que deux arguments s’affrontent autour du cas Jo Cox (pour laquelle je prie aussi) : certes elle était anti-Brexit, ce qui servirait les sionistes qui sont derrière l’UE, mais en même temps elle était pour le boycott d’Israël… lire les coms sur ce sujet est assez divertissant, mais après avoir appris que le tueur est un vulgaire néo-nazi, j’en reste à ma première impression : des fois un événement qui semble dû au hasard plus qu’à autre chose l’est réellement.

    Encore une pauvre âme pour laquelle il faudra prier. »

    (Francis 19-06-2016)

     

    Mépriser le peuple, le censurer, le déconstruire - 24-06-2016 

    Extrait

    « En gros, on considère que leur vote [celui des électeurs du Leave, insuffisamment éduqués, trop vieux, pas assez modernes...] serait moins légitime que celui des partisans du Remain, qui eux seraient éclairés et emportés par le vent du progrès. On l’a dit et redit : les éduqués et les instruits étaient massivement pour le Remain. Il serait regrettable qu’ils aient à subir les préférences politiques de leurs mauvais concitoyens. Nuançons quand même : on adule la jeunesse sophistiquée parce qu’elle embrasse le rêve européen.

    Il faudrait quand même se rappeler qu’au vingtième siècle, si nous avions toujours suivi par jeunisme les préférences idéologiques des jeunes générations, la liberté politique serait aujourd’hui en bien mauvais état. On pourrait en dire de même de l’intelligentsia qui n’est pas toujours éclairée. On ne doit ni idéaliser la jeunesse ni la diaboliser.

    Que faire pour se débarrasser du peuple : telle est la question ?... »

    Commentaires

    « Donc, si on est contre les élections, on est pour la dictature ?
    En général, c’est le premier “Argument” que je me prends dans la figure quand je dis que je suis contre notre système d’élections.

    Un ou zéro, Blanc ou noir, gentils vs méchants, gauche ou droite, en haut ou en bas… Binaire ou… binaire.
    Renseignez vous, il y a des milliers de possibilités entre le système d’élections actuel et la dictature. »

    (SanKuKai 27-06-2016)

    __________

    « Oui ça commence et voici un autre avis qui le confirme : http://leblogalupus.com/2016/06/26/regard-sur-la-societe-post-brexit-sur-la-pente-du-terrorisme-domestiquepar-bruno-bertez/ et Jacques Attali a pris la tête de cette inquisition pour “sanctuariser le progrès” : http://blogs.lexpress.fr/attali/2016/06/20/sanctuariser-le-progres/
    Il est tellement certain que ses dogmes globalisées ne sont que l’exacte vérité qu’il est prêt à museler la voix du peuple comme essayait de le faire la religion catholique au temps de l’obscurantisme quand l’inquisition muselait la science qui remettait en question les dogmes scientifiques décrétés par la religion. Le terme “sanctuariser le progrès” qu’il a choisi est révélateur du côté dogmatique et quasi religieux de sa pensée. Ces gens sont tellement aveuglés par leur foi globaliste qu’ils en oublient leur plus simple bon sens et observation de l’histoire qui nous enseignent que ni les sciences, ni le progrès n’ont jamais eu besoin d’être sanctuarisés pour évoluer mais que c’est au contraire une lutte permanente menée contre le carcan des dogmes erronés qui ont permis de briser les liens qui enchaînaient le progrès pour lui permettre de sortir du sanctuaire où il était enfermé.
    La vérité n’a pas besoin d’être sanctuarisée pour apparaître mais au contraire elle a besoin de liberté pour surgir [...] ces psychopathes de la pensée politique considèrent qu’au contraire les peuples doivent être “évangélisés” pour connaître des bienfaits de la globalisation et ils agissent quasiment comme des religieux pétris de leurs dogmes pseudo scientifiques. »

    (AL60 27-06-2016)

     

    « Nous, médias, comme vous, élus, n’arrivons pas à faire passer l’idée que l’Europe apporte quelque chose ; il y a un vrai mea culpa à avoir ! » - 26-06-2016

    Extrait sur la vidéo 1

    « Comme en 2005, les médias ont joué à fond leur rôle : assurer la propagande de l’Union européenne.

    Un moment mythique donc [...] sur BFM TV, la journaliste Roselyne Dubois, dépitée, lâche le morceau face à Nadine Morano ; elle reconnaît que sa fonction est d’influencer l’opinion – et non pas de l’informer :

    L’aveu est fascinant dans sa naïveté même : la journaliste ne trouve rien d’anormal à déclarer qu’elle se charge de la communication de l’UE, cela va de soi pour elle, elle y croit totalement, et a complètement oublié la Charte de Munich régissant (si peu…) les devoirs de sa profession, dont :

    2. Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique.

    9. Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste. »

     

    Commentaires sur la vidéo 1 

    « Sympa aussi le moment où, sur cette même chaîne, ils affirmaient sans trembler du menton, que les personnes qui ont voté majoritairement pour le brexit n'étaient pas éduquées ^^ »

    (CHOKAPIK Tévé 28-06-2016)

    __________

    « Voilà déjà les premiers bénéfices du Brexit :

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2016-07-05/boe-cuts-bank-capital-buffer-as-brexit-vote-challenges-stability »

    (Fredo 05-07-2016)

     

    Extrait sur la vidéo 2

    « Autre florilège [...] : Marie Drucker “Comment peut-on avoir 25 ans et rejeter l’Union européenne ?” »

    http://ekladata.com/8bV-0v7uBmX_TY_eRneySC7eWX0/Nous-merdias2-Marie-Drucker.jpg

    Marie Drucker recueille la réaction de Charlotte. Charlotte Kude, 25 ans, est une assistante parlementaire franco-allemande. Surtout, elle est pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE et est ainsi devenue porte-parole du mouvement "Vote Leave". Elle se réjouit donc du succès du Brexit.
    "Ce ne sont pas les Européens que les Britanniques rejettent, c'est bien le système politique obsolète qu'ils rejettent. (...) C'est le projet politique auxquels ils ont souhaité envoyé un message, et dans l'espoir aussi que l'Union européenne se réveille pour le bien-être de tous ceux qui y sont encore".
    Un fossé entre bureaucrates et citoyens. La jeune femme est devenue eurosceptique par son expérience au Parlement européen.
    "J'ai été vraiment interpellée par le fossé entre le train de vie des bureaucrates à Bruxelles et celui des citoyens européens. (...) Il y en a plus de 10 000 qui sont payés plus que le Premier ministre britannique par exemple, ils ne payent pas d'impôts, ils peuvent boire, manger, voyager tous frais payés. Et ça, à mon sens, ça entretient cette bulle qui va finir par imploser".

     

    « Marie Drucker n’a pas hésité [...], ce 24 juin historique sur France 2, à mettre en cause la réelle signification du vote des Britanniques... »

    Commentaires sur la vidéo 2

    « Charlotte a fait des études, n'est pas issue d'une union consanguine semble-t-il, n'est pas crypto-nazi et était pour le Brexit !!!!! »

    (blackgargamel 28-06-2016)

    __________

    « La petite Drucker fille de son père et nièce de son oncle, n'a pas le niveau face à cette jeune femme pro-brexit. Enfin elle aura tout de même passé un bon week-end à Londres grâce à l'argent de la redevance audiovisuelle que payent tous ces gentils en France. »

    Commentaire général sur l'article

    « D’abord que 51,9% des votants ont été favorables au Brexit. On se réjouit du taux de participation de 72,2%. Il signifie pourtant que c’est seulement un peu plus de 36% des Britanniques qui ont décidé de la sortie. (…)

    J’adore cet argument, qui se retourne comme un gant !

    Maastricht = 51,04% de oui avec 69,70% de participation = 34,3% des Français ont décidé du oui !
    François Hollande = 28,63% des voix au premier tour avec 79,48% de participation = 22% des Français l’envoient au second tour, qu’il remporte avec seulement 39% du corps électoral. Tyrannie de la minorité !!
    Karine Daniel (député PS) = élue avec 12% des voix (https://www.les-crises.fr/a-tous-les-naifs-du-vote-blanc-karine-daniel-une-star-est-nee-ou-pas-car-avec-7-des-citoyens/). Comme ça, elle pourra gentiment voter la loi Travail rejetée par les trois quarts des Français, vive la légitimité !

    Et maintenant on parle carrément d'une pétition pour revoter sur le Brexit !! Incroyable !! La prochaine fois que je ferai un jeu de société en famille ou avec des amis, je leur proposerai de relancer les dés jusqu’à ce que j’obtienne le résultat voulu, je suis sûr qu’ils seront tous d’accord… »

    (Spectre 26-06-2016)

     

    Prosélytisme journalistique - 01-07-2016

    Source : Youtube, France Inter - 27-06-2016

    « Le Brexit a servi de révélateur à un problème évident des médias en France : le prosélytisme. Si les gens qui fabriquent l’information sont majoritairement pro-européens, ce n’est pas forcément le cas de ceux qui les écoutent. Il est temps de questionner urgemment le principe de la représentativité dans les médias. »

    Commentaire

    « Il faut noter que ce journaliste se sent obligé de préciser qu’il est, comme la très grande majorité, “pro-européen” dit-il, un peu comme si, pour critiquer ce qui apparaît comme une faute déontologique, il fallait ‘en être’…
    En bref, si on n'est pas et journaliste, et ‘pro-européen’, on est un vilain conspirationniste.
    Y’a aussi un truc, que je peux plus entendre, c’est cette opposition pro-européen versus ‘europhobe’.
    C’est justement, personnellement, parce que je suis europhile, que je me rattache culturellement à ce que l’Europe a fait de plus beau, riche de chaque caractéristique et de l’histoire de chaque nation, que je rejette cet immense bordel fascisant qu’est la ‘construction’ européenne.
    J’ai pas attendu leur Europe de banksters, de lobbys corrupteurs, de fonctionnaires non élus et décideurs, et de leur monnaie pourrie, pour aller à Amsterdam voir Van Gogh, écouter les Quatuor de Beethoven par les Talich, prendre mon pied avec la bouffe italienne, et trouver que les séries anglaises sont parmi les meilleures. »

    (Albert 01-07-2016)

     

    « Quittons cette Europe dont les tares ont atteint des dimensions effrayantes » - 27-06-2016

    http://ekladata.com/AvMOQE_7HRoPvF_qMstYVFgRq8E/quittons-cette-Europe-27-06-2016.jpg

    Extrait

    « L’Union invoque le rôle des partis racistes et xénophobes dans le triomphe du « out » britannique. Belle manière pour occulter sa propre responsabilité dans cette débâcle. Elle oublie un peu vite que ces courants politiques sont, non seulement au Royaume-Uni, mais dans toute l’Union européenne ses propre créatures. Impuissantes à surmonter les crises à répétition du capitalisme, les bourgeoisies européennes ont instrumentalisé ces forces du passé, qui veulent faire tourner la roue de l’histoire en arrière, pour maintenir vaille que vaille l’accumulation et la concentration de la richesse entre les mêmes mains. Démagogie, racisme, xénophobie, islamophobie et identité nationale sont les ingrédients essentiels utilisés par les classes dominantes pour mieux détourner les classes populaires des vrais problèmes qui les rongent au quotidien : chômage de masse, précarité, destruction des services publics, suppression progressive des libertés privées et publiques etc. Ces thèses nauséabondes remplacent en quelque sorte le vide des programmes des gouvernements et des partis qui les soutiennent. Leur fuite en avant dans les politiques ultra-libérales d’austérité ne fera qu’aggraver la situation économique et sociale d’une Europe déjà ravagée par le chômage et la pauvreté. L’Union européenne ressemble à ces magiciens qui ne maîtrisent plus les forces maléfiques qu’ils ont eux mêmes créées ! »

    Commentaire

    « Bon, maintenant que nous sommes à peu près tous d’accord sur l’Europe et sa finalité, on fait quoi concrètement pour leur échapper ?

    http://ekladata.com/Lqbq_cE0slidYPDzmFnY9M4Mo68/monnaie-normande-15-06-2016.png

      Une des solutions envisagées par le documentaire “Demain” (que je vous conseille) est la création de monnaies locales [voir ci-contre (cliquez sur l'image)], en complément de l’euro, afin de limiter le transfert des richesses vers les multinationales et la destruction des emplois.

    Il suffit pour cela que les acteurs locaux, PME, artisans et habitants d’une ville ou d’une région se mettent d’accord entre eux afin d’utiliser, pour une partie de leurs échanges, cette nouvelle monnaie en conservant l’euro pour les transactions monétaires qui ne peuvent pas être localisées. Il faut comprendre que cette monnaie vient en complément de celle qui existe déjà et que les acteurs locaux décident eux-mêmes d’utiliser ou pas cette nouvelle monnaie, qui n’a aucune valeur en dehors de la région/ville concernée. Et ça marche, dans les villes et les régions qui utilisent ce système pour protéger leur économie de la prédation néolibérale. »

    (Jean 03-07-2016)

     

    Le Brexit vécu par un Français de Londres - 27-06-2016

    http://ekladata.com/rpM4H7_sVmCbSJCa93aC4w-Tv5Q/Brexit-par-Francais-de-Londres-27-06-2016.jpg

    Extrait

    « Brexit pour les nuls
    La classe politique, la presse et les médias britanniques ont une fois encore montré qu’il leur était possible de descendre beaucoup plus bas dans la trivialité, l’avilissement et l’extravagance. Comme le fait remarquer Vincent Navarro (professeur de science politique à l’université de Barcelone), les populations ne soupçonnent pas l’importance et la complexité de l’appareil politico-médiatique qui dominent les structures du pouvoir européen et des pays qui en font partie.
    De part et d’autre, la peur et le mensonge furent servis en boucle et sans aucune retenue, opposant les pro européens (le camp « remain ») auto proclamés cultivés et intelligents, aux partisans du « leave » (le retrait), baptisés racistes, péquenauds, ignorants et pauvres. Le climat xénophobe attisé par la droite décomplexée qu’incarnent Boris Johnson, l’ex maire de Londres et le leader du UKIP (UK Independent Party) Nigel Farage, a profondément obscurci les débats de la dernière semaine de campagne et restera un hit dans les annales d’un populisme nationaliste que l’on croyait dépassé. »

     

    La haine de gauche de la souveraineté - 27-06-2016

    Extrait

    « Ce moment souverainiste découle des aspirations démocratiques des peuples. Il a pris forme dans la décision de François Hollande de mettre en œuvre l’état d’urgence. Et, comme l’on pouvait le prévoir, il s’est trouvé dépassé par les conséquences de son acte. Un homme ne croyant plus à la souveraineté française obligé de faire un acte souverain : telle est la contradiction dans laquelle il se débat, et en un sens se noie.

    Cette contradiction est devenue encore plus évidente avec le vote britannique du 23 juin. L’incohérence de ses réactions, justement notée par plusieurs dirigeants politiques qu’il a reçu le samedi 25, en découle. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon déclarait-il sortant de cette réunion : « Je ressors quelque peu consterné. Ce qui est à l’ordre du jour, c’est une agitation et des bricolages, et pas du tout une réponse à la hauteur des événements » [2]. D’autres on fait des constats encore plus cruels. Mais, ceci pose aussi, avec une force certaine, la question du rapport de la gauche à la souveraineté.

    L’insistance mise par certains à vouloir attacher le mot « gauche » à divers actes, qu’il s’agisse d’une sortie potentielle de l’Euro au « Brexit », est ici révélatrice. Tout d’abord de leur embarras face à des actes dont ils sentent bien la nécessité mais dont ils ont du mal à assumer l’origine. Comme si parler d’une sortie de l’Euro « de gauche » changeait quoi que ce soit à l’affaire. Ensuite, sur le fond, quant à la question de la souveraineté. Or, historiquement, la gauche a toujours portée haut et fort la question de la souveraineté, du moins jusqu’au années 1920. Il faut alors comprendre pourquoi elle s’est éloignée de cette notion, au risque de se mettre en porte-à-faux que ce soit avec son combat pour la démocratie politique ou que ce soit avec une partie importante de son électorat. Les turbulences que connaît aujourd’hui le parti travailliste en Grande-Bretagne illustrent ce problème [3]. »

    Commentaires

    « Jusqu’à Mitterrand, le PCF et la CGT avaient une analyse très lucide sur la construction européenne et la disparition des souverainetés nationales, au profit d’un pouvoir supranational dominé par l’Allemagne…

    Il suffit de lire ce qu’écrivait la CGT en 1957 sur le Marché commun :

    “L’enjeu est énorme : le Marché commun conduit infailliblement, à plus ou moins brève échéance, à la disparition des souverainetés nationales, à la création d’un super-État européen, réduisant à sa plus simple expression tout ce qui pourrait subsister d’individuel, de politiquement et économiquement indépendant chez les membres de la Communauté.

    Ce super-État sera dominé par le pôle d’activité économique le plus puissant : la Ruhr ; par la puissance la plus énergique et la plus dynamique : l’Allemagne de l’Ouest. […] Pour la France, la réalisation du Marché commun c’est l’acceptation de l’hégémonie allemande. ”

    http://www.legrandsoir.info/ce-que-disait-la-cgt-lors-de-la-creation-du-marche-commun-l-ancetre-de-l-ue.html »

    (FifiBrind_acier 04-07-2016)

    __________

    « Pour faire court, la question posée par J. SAPIR (le rejet de la souveraineté par la gauche) et sa démonstration montrent que la gauche, à partir de l’effondrement du communisme (pas du marxisme), s’est laissé intoxiquée par la pensée libérale en introduisant progressivement l’individu au centre du fondement politique alors que Marx l’attribuait aux groupes sociaux.

    Les « hommes de gauche » ne pouvaient plus penser ni placer la souveraineté du peuple au centre de leur action d’autant que l’exercice politique leur montrait sans cesse la primauté des intérêts individuels confédérés en groupes labiles. Les voilà coincés et obligés de laisser faire le libéralisme. Entre autres, voir Libéralisme et totalitarisme, J.M. Da Silva, l’Harmattan, 2015. »

    (Etiocle 04-07-2016)

    __________

    « Vous ne devez pas amalgamer “souveraineté” qui est juridiquement liée au territoire, à la Citoyenneté qui est le lien juridique et contractuel qui relie des individus entre eux par un pacte, un traité ou une convention.
    Ce sont deux notions totalement différentes, quoique complémentaires par instants. Cela a par ailleurs, créé moult difficultés dans l’élaboration du Code de la Nationalité. »

    (tepavac 05-07-2016)

    __________

    Le 17 juin 2016,  a tweeté :

    ... moi je ne suis ni de droite ni de gauche vous voyez ?

    Le 18 juin 2016,  a répondu :

    Moi itou. Assez qu'on mette cette étiquette "droite/gauche" qui ne veut absolument rien dire

    Le 18 juin 2016, réponse de @marie_vep 

    Cet axe est dépassé, on n'est plus en 1920 où quand on était tolérant on était aussi socialiste

     

    Entraide recherche Propagande anti-Brexit - 29-06-2016

    Voilà qui est fort instructif et... amusant.
    N'hésitez pas à participer à ces échanges !!!

    « (...) Certains d’entre vous pourraient-ils me donner un coup de main pour une recherche sur le Brexit ?

    J’aimerais recenser la vaste blague médiatique ayant accompagné le Brexit, en citant toutes les infos manipulatoires (avec un lien vers une source mainstream à chaque fois) pour dénaturer le résultat, allant du “les jeunes sont sacrifiés”, à “les votants Brexit regrettent déjà leur vote”, en passant par “certains promesses ont été exagérées”, les recherches UE sur Google, etc. (...)

    Il vous suffit de poster liens et descriptions en commentaire de ce billet…

    Merci d’avance »

    Débat juridique autour du Brexit & Stratégies - 02-07-2016

    http://ekladata.com/k922Gu2P44J4frJLllS9ofeohzk/debat-juridique-02-07-2016.jpg

    « Comme il y a des juristes parmi vous, et que je me pose quelques questions sur la situation stratégique actuelle, j’aimerais avoir votre avis (laissez-le dans les commentaires)... »

    Commentaire

    « Il ne se passera rien…
    Soit vous appliquez les traités UE et vous êtes perdants, soit vous ne les appliquez pas et vous êtes hors-la-loi, outlaw, sécessionniste ou quelque autre vocable qui vous sied et la suite n’est plus qu’un affrontement où les riches n’ont plus rien à gagner, ce qu’ils redoutent.
    C’est une question de courage politique, de choix de société et de véritable démocratie…
    La question finale est de savoir si les peuples manipulés et hostiles à l’idée qu’ils le seraient veulent encore servir l’idée de démocratie.
    Pour le moment la réponse est non !
    Alors où est le problème ? »

    (Pierre Davoust 02-07-2016)

    Brexit : une chance possible si les TPE/PME et le monde politique réagissent - 04-07-2016

    « Depuis la décision du Royaume-Uni de se retirer de l’Union européenne, le monde économique s’interroge : que se passera-t-il pour les PME et les TPE qui commercent avec lui ? Les représentants des entreprises sont déjà dans l’étape suivante : ils préconisent de « réagir », mais demandent aux hommes politiques de faire rapidement de même... »

     

     

     

    haut de page

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer