• Français - inclusive.e.e.e...

    Il est d'une absurdité de prétendre que le "e" est la marque - exclusive ! - du féminin en français.

     

    Certes, beaucoup d'adjectifs et de passés composés se "féminisent" avec "e" : abruti/abrutie - bancal/bancale - content/contente - désiré/désirée - élancé/élancée - fini/finie - gai/gaie - honoré/honorée - idéal/idéale - joli/jolie - etc.

    D'autres se "féminisent" avec "e", moyennant quelque aménagement

    laborieux/laborieuse - mou/molle - beau/belle - quémandeur/quémandeuse - etc.

    Certains adjectifs ne se "féminisent" pas, pas plus qu'ils sont "masculins" : moche, noctambule...

    Des mots "masculins" ne se "féminisent" pas avec le simple ajout d'un "e", mais d'un ensemble de lettres (toujours les mêmes)

    Les "–teur/–trice" comme directeur/directrice

    Les "–e/–esse" comme maître/maîtresse

    Des mots "masculins" se terminent par "e", c'est le cas de la grande majorité de ceux en "–age" (exception : image)

    balisage, claquage, démarchage, épandage, fermage, garage, halage, jardinage, laitage, maillage, etc.

    Certains "masculins" se terminent avec "e" et n'ont pas de "féminin"

    lycée, casque, masque, arbre, marbre, élastique, etc.

    Des mots se terminant par "–son" "–çon"

    blason, blouson... Mais "féminins" : garnison, fenaison...

    garçon, arçon, hameçon, caleçon, charançon... Mais "féminin" : leçon

    Des mots "féminins" se terminent par "–tion" [prononcer sion]

    ambition, administration, collation, donation, éviction, fumigation, punition, etc.

     

    Bon, là j'arrête ! C'était pour dire que rien n'est simple et qu'il ne faut pas compliquer davantage, pitié pour les dyslexiques et les étrangers !

     

    voir

    [Français - inclusive... le point noir exclusif]

    [Français - inclusive Commentaire de Gigeoju]

    [Français - indigeste]

    pdf

    "Les Mots"

    "si vuos pvueoz lrie ccei"

    Liens externes

    [Écriture inclusive : les Eeee nous envahissent !]

    [Écriture inclusive : quand le féminin fait débat]

    [L’écriture inclusive]