• La gare de Cauterets

    La gare de Cauterets

    en Hautes-Pyrénées (65)

    Coups de cœur BROUILLON Jardins Monuments

    Gare de Cauterets, façade principale - Photo Père Igor 2012

     

    La gare de Cauterets est une ancienne gare ferroviaire française de la ligne de Pierrefitte à Cauterets, située sur le territoire de la commune de Cauterets, dans le département des Hautes-Pyrénées en région Occitanie.

    Un style Western

    Son originalité ne fait pas l’ombre d’un doute pour tout visiteur ! Longue de 50 m, la gare de Cauterets possède un charme caractéristique, de style montagnard, mais avec cet étonnant air de station de l'Ouest américain, Colorado, Texas...

    Préfabriquée tout en bois

     

    Coups de cœur BROUILLON Jardins Monuments

    La gare de Cauterets est intégralement construite en bois. Le matériau utilisé est pitchpin ouvragé. La construction s’effectua en deux temps. La conception et une première construction à Bordeaux (à partir de 1897) puis la mise en place d’une dalle en ciment et son installation sur ce support. La construction avait été confiée à l’entrepreneur Monsieur Médévielle. Le bois provenait de la Maison Carde de Bordeaux.

    Coups de cœur BROUILLON Jardins Monuments

    Façade ouest - Photo Père Igor 2012

     

    Histoire

    Installée sur la ligne ferroviaire Pierrefitte-Cauterets, la gare de Cauterets a été construite à partir de 1897. Le bâtiment fut préfabriqué à Bordeaux et livré sur place en mai 1898. La mise en service avait lieu un mois plus tard, en juin 1898. Elle fait suite à la création de la Compagnie des chemins de fer électriques de Pierrefitte-Cauterets-Luz le 11 avril 1896 puis à la mise en service de la ligne annexe reliant La Raillère, point haut de Cauterets, inaugurée le 02 août 1897.

    La ligne de Cauterets est mise en service le 22 juin 1898. Les premiers voyageurs arrivent dans la ville thermale le 1er avril 1899.

    L’inauguration fut tardive puisqu’elle eut lieu le 13 avril 1901 par Jean Dupuy, ministre de l’agriculture, en même temps que la ligne de Luz (mise en service le 1er février 1901)

    Au commencement... le Pavillon de la Norvège

    Réalisé à l’occasion de l’exposition universelle à Paris en 1889, le « Pavillon de la Norvège » a été déplacé et reconstruit (1897) à Bordeaux pour être déposé à Cauterets (1898)

    Coups de cœur BROUILLON Jardins Monuments

    Exposition universelle Paris 1889, Pavillon Norvège - Estampe de l’éditeur Bourgerie

    L’iconographie de 1889 est relativement divergente par rapport à la gare de Cauterets elle-même. Sur une estampe de l’éditeur Bourgerie, dont une copie est présente au musée national des Arts et Traditions Populaires de Paris, on peut cependant discerner l’aspect originel du bâtiment (la petite construction sur la droite ?)

    À l’heure de gloire des cures thermales

    Coups de cœur BROUILLON Jardins Monuments

    La gare vers 1900 - Carte postale du début des années 1900

    À la fin du 19e siècle, Cauterets est une destination à la mode. Touristes et curistes de la France entière affluent dans la station pyrénéenne... À cette époque, le train les emmène directement de Paris à Pierrefitte, 11 km plus bas. On décide alors de prolonger la ligne jusqu'à Cauterets, au moyen d'un tramway électrique. Pour accueillir ce dernier, une gare en bois, unique en son genre, est édifiée en 1898. Réalisée par la maison Carde à Bordeaux, elle est acheminée en pièces détachées puis assemblée en moins de deux mois.

    Mise en service en 1898-1899, la gare est inaugurée en avril 1901.

    Pendant 50 ans, la gare verra passer les curistes en quête d'air pur, les premiers adeptes des sports d'hiver mais aussi les grands du pays venus se ressourcer, voire prendre des décisions importantes pour le pays. 
    Le Tout-Paris vient à Cauterets, dit-on, de Victor Hugo à Louis Blériot, épris de la station. Comme en attestent les photographies de l'époque, le célèbre pilote conduisait lui-même le bobsleigh de l'hôtel d'Angleterre...

    Le nombre de stations qui prospèrent [à partir de 1850, le goût de Napoléon III et de sa famille pour les villes d’eaux jouant un rôle déterminant dans le nouvel essor du thermalisme français] est impressionnant. Le sommet de cette renaissance est atteint à Vichy vers la fin du siècle avec la réalisation des projets de l’architecte Charles Le Cœur. Vers la fin du XIXe siècle, des changements de toutes sortes se poursuivent à un rythme accéléré. Cette époque de prospérité se manifeste, entre autres, par une notable diversification des formes de l’architecture, de l’art plastique, de la musique etc. Le public de la ville est dépensier, plein de vitalité et en quête de loisirs.

    Histoire des Thermes et du Thermalisme

    ____________________

    Voir Thalassothérapie

    Coups de cœur BROUILLON Jardins Monuments

    Gare de Cauterets, l'horloge - Photo © France 3

    Puis à celle de l'abandon

    La voie était une voie métrique en adhérence simple électrique (750V). Un tramway en faisait la desserte. Son exploitation dura jusqu’en 1970 mais certaines portions furent fermées à partir de 1934.

    En 1949, la ligne ferroviaire reliant Cauterets est abandonnée après avoir connu un franc succès. Le 1er avril 1949, la ligne et la gare sont fermées du fait de la concurrence de la route, la gare perdant de son intérêt.

    D'autre part, je l'ai constaté en parcourant les Pyrénées-Orientales, l'Aude ou l'Ariège, de nombreuses stations thermales ont été délaissées après-guerre. Leur architecture caractéristique se délabre dans le paysage. À défaut de ruines, les noms de villages se terminant par "les bains" témoignent souvent d'un passé thermaliste qui n'est plus.

    La Belle Époque s’achève au moment où la majorité des pays européens se voit happée par la grande guerre. Son éclatement en 1914, signifie la fin d’une longue époque de prospérité pour les villes d’eaux. L’immédiat après-guerre connaît un regain d’activité dans les villes d’eaux, dans la même mesure où l’on veut oublier les terribles années de front et retrouver le goût de la fête. Mais à l’arrivée de la deuxième guerre mondiale, ces années de folie passent et de nouveau les thermes sont oubliés. [...]

    Après la seconde Guerre mondiale, la reconstruction de l’Europe se fait dans le souci de pallier au plus vite possible les carences les plus graves. Les villes thermales, dont une bonne partie s’était développée entre deux guerres comme stations de luxe, ne sont plus utilisées dans un premier temps que comme structures médicales.

    Histoire des Thermes et du Thermalisme

    Mais les changements de mode de vie de cette époque ne sont pas la seule cause de la fermeture de la ligne ferroviaire reliant Cauterets. L'arrêt de l'exploitation de la Mine de Peñarroya en reste la principale raison [1]

    Le transport de ses marchandises contribuait au financement de la compagnie et lui permettait d'équilibrer ses comptes en apportant un trafic de fret fort rémunérateur [2]

    Car la Compagnie devait faire face à d'importantes dépenses pour l'entretien de la ligne et du matériel roulant, notamment du fait du profil, de la structure du terrain et de conditions climatiques extrêmes [3]

    ____________________

    [1] En 1917 Peñarroya acquiert la mine de plomb de Pierrefitte dans les Hautes-Pyrénées, dont l'exploitation ne dura que 29 ans, de 1940 à 1969.

    [2] Personnellement, je vois, dans l'arrêt de l'exploitation de la mine, un "mal" pour un "bien"... Il est navrant de constater que la ligne ferroviaire devait compter sur le transport d'une telle marchandise malsaine et polluante pour fonctionner. Curieux contraste avec les curistes qui, d'un autre côté, partaient "se refaire une santé" et respirer l'air pur...

    [3] René Flurin, Histoire de Cauterets : des origines à nos jours (Éditions Créer 2006)

    Voir :

    Histoire

    Historique

     

    Patrimoine ferroviaire

    Depuis 1981, la gare en bois de Cauterets est protégée : l'ancien bâtiment voyageurs, pour ses façades et toitures, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 18 décembre 1981 (Gare (ancienne), notice no PA00095365, base Mérimée, ministère français de la Culture)

    La gare de Cauterets

    Gare de Cauterets, vue d'en-haut - mars 2014 

    La gare est restaurée dans les années 1990-91. Réaménagée en 1994 pour être utilisée comme gare routière SNCF, elle est encore aujourd'hui un point de départ d’une voie verte de 30 km. Elle sert également de salle pour une association qui y organise de nombreuses manifestations (concerts et spectacles)

    Coups de cœur BROUILLON Jardins Monuments

    Gare de Cauterets, façade - Photo Florent Pécassou 2007

     

    ____________________

    Points de repères

    • 1889 : première construction pour l’exposition universelle à Paris (Pavillon de la Norvège)
    • 1897 : reconstruction à Bordeaux par la maison Carde
    • 1898, mai : édification de la gare à Cauterets
    • 1898, 22 juin : mise en service
    • 1899 : la gare est ouverte au service ferroviaire par la Compagnie des chemins de fer à traction électrique (Pierrefitte, Cauterets et Luz)
    • 1899, 1er avril : les premiers voyageurs arrivent dans la ville thermale
    • 1901, 13 avril : inauguration par Jean Dupuy, ministre de l’agriculture
    • 1949, 1er avril : fin de l’exploitation ferroviaire (ligne et gare fermées)
    • 1981, 18 décembre : la gare de Cauterets est classée aux Monuments historiques
    • 1990-1991 : restauration de la gare (bâtiment)
    • 1994 : le bâtiment est réaménagé, utilisée comme gare routière et salle pour une association qui organise des concerts et des spectacles.

     

    Gare de Cauterets
    Place de la Gare
    65110 Cauterets
    Tél. : 05 62 92 53 70 

    Les lignes de chemin de fer

    ____________________

    Sources

    Gare de Cauterets : C'est En France

    Gare de Cauterets - Wikipédia

    Grand Sud Insolite et Secret

    Un lieu, une histoire : l'exceptionnelle gare de Cauterets (65)

     

    Pour d'autres monuments hors du commun

    Voir Les coups de cœur de Yantra

     

     

     

    haut de page