• ☼ Cohn-Bendit le pédophile

     

    « Dieu ne punit pas ceux qui commettent des péchés,
    mais ceux qui en donnent l’exemple. »

    Arnaud de Villeneuve

    Voir

     

    Pierre Desproges :
    Le réquisitoire contre Daniel Cohn-Bendit 1982 (Archive INA - YouTube)

    [https://www.youtube.com/watch?v=5gX2xRzGKQc]

     

    Méli-mélo de quelques propos affligeants et des remarques pertinentes à propos de l'article :

    Cohn-Bendit poursuivi au pénal pour pédophilie

    Ben voyons !

    De toute façon, je ne pense pas que beaucoup de personne réagiront, le sujet est trop "sensible" et finalement beaucoup s'en moque (Marie Jaulent, Assistante littéraire/écrivain public indépendante, 02/08/2013)

    Heureusement, il y a la réponse d'Olivier

    C'est révélateur des dégâts sur notre société, de la période mai 1968, du "Il est interdit d'interdire", qui est très présent dans notre crise morale que nous traversons aujourd'hui. 35 ans après, on pouvait même se demander s'il est interdit d'interdire la pédophilie, de dealer, de frauder l’État, de travailler au noir, de casser des entreprises, des bâtiments publics, de porter des armes, la burqa... (Olivier Luisetti, Entrepreneur, Lyon-Villeurbanne)

    Mais voici qu'arrivent des propos qui méritent des baffes

    À mon sens le débat se porte surtout sur l’amalgame entre le personnel et le professionnel dans le cas des hommes politiques. Qu'est ce qui empêche un homme doté de défauts sur le plan personnel d'être remarquable sur le plan professionnel et politique ? A priori, l'élection des hommes politiques ne se fait pas comme celle des rosières mais bien sur leur valeur en tant que gestionnaire de la chose publique. J'ai personnellement beaucoup regretté qu'une sordide histoire de sexe prive la France d'un dirigeant aussi reconnu que DSK dont les compétences qui font unanimité n'auraient sûrement pas été de trop dans les temps qui courent où beaucoup s’inquiètent justement de la vraie valeur des gens qu'ils ont mis à la tête de l'état. Nous sommes hélas dans une ère où le besoin s'affirme en termes de résultats, pas de principes. Et même si je n'approuve pas les penchants qu'on prête à Daniel Cohn-Bendit, je n'y vois pas matière à le discréditer sur le plan personnel (surtout 35 ans après...) (Jean Luc Gouineau, "Webotherapeute", Quiberon)

    Angélique, avec prudence (pour ne pas froisser les commentateurs de ce fil ?)

    Personnellement et peut-être à tort, j'estime que pour certains postes ou certains fonctions, certaines qualités humaines et morales sont nécessaires. [...]. La pédophilie est crime grave et je ne vois pas comment un homme capable des tels actes pourrait représenter l'ensemble des citoyens. [incompréhensible]. Comment un homme qui ne respecte pas les enfants, les femmes pourraient servir sa patrie. Il en est de même pour Fabius mêlé à l'affaire du sang contaminé. Tout le monde a le droit de faire des erreurs mais certaines sont trop graves ! Et si on revient sur le cas DSK, peut on faire confiance a un homme qui n'est pas capable de se contrôler quand il voit une femme ? ou pire encore qui tente cela alors qu'il a toutes les chances d'être élu... ou alors c'est un coup monté qui aura bien servi à Hollande. (Angélique Bargeot-Said, Ingénieur Qualité Akka Technologies, Vénéjan, France)

    Jean Luc se rattrape aux branches avec une grande justesse

    Parfaitement d'accord avec vous [Angélique] ! La pédophilie est un délit, jugeable comme tel, et dont la condamnation entrainerait un arrêt de la vie politique. Que la justice fasse son œuvre s'il en ait besoin. Vous soulevez le véritable problème qui est que la présomption arrive exactement au même résultat sans nécessairement être fondée. L'addiction de DSK pour le sexe était un secret de polichinelle dans les milieux politiques et pendant des années nul n'a trouver à y redire, allant même jusqu’à l'encenser pour son action et ses résultats. Jusqu'à ce que... Comme par hasard, dans une période où il n'arrangeait aucun des partis en place, cette impunité disparaît sous la pression médiatique des larmes de Madame Diallo qui paraît beaucoup moins sangloter depuis qu'elle a touché son chèque mais qui a ouvert la boîte de Pandore. Le résultat est là puisqu'on a échangé un "potentiel" président critiquable sur sa vie privée mais avec une compétence et une représentativité que personne ne lui conteste contre un autre, élu, dont la compétence reste à prouver, dont la représentativité reste à prouver et qui prend tellement soin des femmes qu'il oublie de légitimer ses unions bien qu'en les faisant financer par le contribuable ! En terme d'image, je ne suis pas sûr que la France ait fait une affaire !!!

    Tandis qu'Angélique poursuit

    Je suis d'accord pour la présomption. Après il ne faut pas nier que les journalistes se délectent des affaires concernant les mœurs, le sexe... pourquoi ? ça fait vendre... Ensuite il faut assumer dans la vie, donc c'est sûr que Mitterrand et Cohn-Bendit ont écrit des ouvrages plus que douteux si je ne me trompe pas... il ne faut pas s'étonner des conséquences.

    Éric et Marie s'accordent

    Cohn-Bendit est une erreur à lui tout seul ! comment un tel homme, avec en plus cette histoire de pédophilie, a-t-il pu en être là ? c'est bien qu'il y a des abrutis pour l'avoir élu ? c'est ainsi que depuis sa sortie d'école cet homme n'a jamais travaillé et veut représenter le peuple... comme Hollande :

    François Hollande en 1989 : comment il gagnait sa vie...
    Et il veut donner des leçons de morale aux politiques en place... À méditer tout de même.
    (Vidéo YouTube ajoutée le 29 avril 2012)

    On a les représentants qu'on mérite ! (Éric Gabrieli Gérant SINPARDE, Grenoble)

    Entièrement d'accord avec vous, Éric. Voici un exemple type d'une personne parfaitement inutile et qui vit aux crochets de la société ! Qu'a-t-il fait ? à quoi sert-il sauf à lui-même ? et nonobstant son arrogance, ce donneur de leçons se vante ouvertement de ses penchants à la pédophilie et continue de vivre sa vie comme si de rien n'était, avec l'approbation et/ou la complicité silencieuse de ses compagnons politiques de tous bords. Tout cela est écœurant ! sa place n'est pas au parlement européen (pour ce qu'il y fait !!!) mais derrière les barreaux, comme d'autres d'ailleurs. (Marie Jaulent)

     

     

     

    haut de page