• Réflexions de 2018 T1

    « Là, votre voix décide, elle absout ou condamne... »

    Voltaire

    Quart d'an 1 (ci-dessous)

    Quart d'an 2

    Quart d'an 3

    Quart d'an 4

    Janvier

    « [...] transition entre deux années, il est traditionnel de tirer des conclusions à partir d’un échantillon d’événements notables artificiellement choisis dans l’année précédente et de faire des prédictions sur ce qui pourrait se passer pendant la suivante, en attribuant une signification artificielle à cette date limite artificielle. "L’hérésie calendaire" : c’est comme cela qu’un prêtre l’a appelée un jour.
    Une horloge qui passe d’une année à l’autre n’est pas astronomique ; c’est simplement une convention. C’est un événement important pour quelques personnes – des comptables pour la plupart [...]
    Quant à nous, ce n’est rien de plus qu’une borne dans le temps – une relique moussue bientôt oubliée au bord de la route sculptée d’un nombre – et à elle seule, elle n’est guère mémorable. »

    ... écrivait Dmitry Orlov le 04 janvier 2018 en introduction d'un article : Merci, Ennemi !

    0-Réflexions au pied de 2018

    Et de conclure ainsi :

    « Comment les États-Unis, en tant qu’ennemis autoproclamés de la  "Russie et la Chine" sont-ils perçus en Russie ? Les USA semblent lâches mais irrésolus, agressifs mais voués à l’échec, se rendant inconsciemment et étant, par dessus tout, ridicules. N’est-ce pas le genre d’ennemi pour lequel on devrait être reconnaissant ? En cette nouvelle année, il y aura sûrement des surprises, à la fois plaisantes et désagréables, mais ce qui ne m’étonnerait pas, c’est que les États-Unis donnent à la Russie plusieurs autres choses méritant cette reconnaissance. »

    Pour lire le corps de l'article :

    L'Échelle de Jacob : Merci, Ennemi !

    Source :

    Merci, Ennemi ! – Le Saker Francophone [archive]

    0-Réflexions au pied de 2018

    Les cinq stades de l'effondrement, de Dmitry Orlov, est l’un des ouvrages fondateurs de cette nouvelle "discipline" que l’on nomme aujourd’hui : "collapsologie", c’est-à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

    Bilan amer pour Alain Delon

    0-Réflexions au pied de 2018

    L'acteur de 82 ans affirme qu'il quittera "ce monde sans regrets" dans une interview parue jeudi 11 janvier 2018, dans le cadre d'un numéro spécial de Paris Match consacré à ses 60 ans de carrière

    0-Réflexions au pied de 2018

    « Il y a ces êtres que je hais. Tout est faux, tout est faussé. Il n'y a plus de respect, plus de parole donnée. Il n'y a que l'argent qui compte. On entend parler de crimes à longueur de journée. Je sais que je quitterai ce monde sans regrets.

    [...]

    La vie ne m'apporte plus grand-chose. J'ai tout connu, tout vu. Mais surtout, je hais cette époque, je la vomis. »

    L'acteur insiste par ailleurs sur l'importance des chiens dans sa vie, une cinquantaine d'animaux enterrés dans sa propriété et auprès desquels il souhaite être enterré.

    Alain Delon "vomit" cette époque et "quittera ce monde sans regrets" [archive]

    L’opinion publique est soumise à un véritable matraquage sur le problème de l’immigration

    Dans un entretien [archive] accordé à Atlantico, Jean-Paul Gourévitch met en garde contre une sous-information des Français au sujet de l'immigration.

    (...) L’opinion publique est soumise à un véritable matraquage sur le problème de l’immigration. Dans la mise en scène des témoignages, dans le choix des invités, dans les images sensationnelles et compassionnelles présentées,

    « il y a une volonté de formater les esprits »

    Un exemple : certes l’accueil des migrants doit être « digne », mais avons-nous aujourd’hui, même en comptant sur la générosité des associations, les capacités d’accueil pour héberger « dignement » les quelques 100 000 demandeurs d’asile de l’année 2017 sans compter les migrants irréguliers qui ne sont pas passés par la case demandeurs d’asile ? Sauf à admettre qu’on donne la priorité aux migrants et non pas aux SDF, et aux Français qui vivent sans toit ou dans des logements précaires. Ce que personne n’ose dire.

    [...]

    Les chercheurs, et je ne suis pas le seul, qui tentent de présenter loyalement les enjeux et les données sont accusés d’apporter de l’eau aux moulins de l’extrême droite comme je l’ai été en 2014 dans la campagne de diffamation qui a suivi la parution des Migrations pour les Nuls. Le résultat dans les médias mainstream  est immédiat. Ceux qui vous avaient donné la parole ou cité en référence  comme FR3, M6, BFM-TV, LCP, I-télé, Le Figaro, Le Monde, Libération… vous ignorent ou vous anathématisent [...]

    >>> lisez l'article du Salon beige 15/01/2018... [archive] (et tant pis si les propos en dérangent plus d'un, je m'en contrefiche !!! - ND Gigeoju) Voir Immigrationnistes !

    Réflexions de 2018

    Inondations à Paris

    Réflexions de 2018

    Autres thèmes intéressants

    Pleine régression intellectuelle dans le monde

    Nous sommes en pleine régression intellectuelle

    [archive] [sur insolentiae de Charles Sannat]

    « Il y a ces prédicateurs saoudiens qui apprennent à leurs étudiants que la terre est plate et [...] qu'elle ne tourne pas autour du soleil [selon une chercheuse à l'Université de Sfax en Tunisie] [...] aux États-Unis 46 % des Américains pensent que la Terre a moins de 10 000 ans. C'est ce qu'on appelle les créationnistes qui commencent à prendre pied en France, en Angleterre, en Turquie où ils sont déjà très nombreux. Et en corrélation avec cette montée de l'ignorance, on assiste à une montée de l'islamisme. Ce vide spirituel et culturel qui saisit nos sociétés est l'avatar du djihadisme, du complotisme, du fanatisme et de l'obscurantisme.

    À partir de quand peut-on dater, selon vous, cette montée de l'ignorance ?

    Je vois un lien évident avec la révolution numérique. Cela a démarré dans les années 2000 où on a assisté à une surinformation qui a conduit à l'ignorance. Les 15-29 ans ne lisent plus de livres. En revanche, ils lisent davantage sur les réseaux sociaux, les blogs... D'après une étude de l'Université de Yale, la lecture sur Internet n'est pas la même : les informations se superposent les unes aux autres alors que la lecture d'un livre permet de pénétrer les pensées de l'auteur et de structurer les informations.

    Cela organise le cerveau. D'autres études sont à rapprocher de cela : les Français auraient perdu 4 points de QI entre 1989 et 2009, phénomène mesuré aussi en Angleterre ou aux États-Unis. Wikipédia est le plus bel exemple des effets pervers d'Internet. On a donné la culture aux imbéciles. Si dans le domaine scientifique, les notices sont rédigées par des experts, dans le domaine de la littérature et en histoire, c'est un agrégat d'informations nivelées par le plus grand nombre. Il n'y a plus de hiérarchisation du savoir. On est à l'époque du relativisme culturel. Tout se vaut. Ainsi la page de Kim Kardashian sera bientôt plus longue que celle de Montaigne et le grand poète grec Homère a déjà moins d'articles que Homer Simpson. »

    Ce long extrait de l'article, à propos d'un mal ne datant malheureusement pas d'hier ("Cela a démarré dans les années 2000") et s'étendant sur toute la planète, décrit tout haut ce que je ressens tout bas depuis longtemps... Avant de développer plus avant, un constat et une anecdote. Je constate que le passé composé supplante à présent le passé simple, même quand ce dernier aurait été préférable... Pour l'anecdote, dans une rubrique de livres à consulter (je ne me souviens plus où, désolée mais tant mieux pour le site, sinon la honte ! À moins que ce sentiment ne soit plus perçu de nos jours...) le livre de Baudelaire Les fleurs du mal s'est vu classé dans la rubrique... "Jardinage".

    Dans les années 1980 déjà, quelque connaissance genre "baba-cool" (le "bobo" d'aujourd'hui ?), sûrement pour masquer son indigence proche de l'illettrisme, avait décrété que savoir bien écrire n'avait aucune importance, que c'était superflu, proche de la vantardise... Et pourtant, les fautes, pas de celles où l'on oublie un "s", un "e" au féminin ou encore de doubler une consonne comme dans... "consonne" (qui ne changent pas grand-chose à la prononciation et peuvent arriver à tous, même au plus instruit) mais de celles bien plus graves (mélange des genres, méli-mélo de participes passés et fantaisistes, pluriel de l'infinitif, constructions capricieuses de phrases improbables mâtinées de jargon plus ou moins compréhensible et crédible, etc.) dénoncent un manque de maîtrise de la pensée ("la lecture sur Internet n'est pas la même : les informations se superposent les unes aux autres alors que la lecture d'un livre permet de pénétrer les pensées de l'auteur et de structurer les informations. Cela organise le cerveau"). Nous étions dans les 1980, "mon" baba-cool était donc un être précoce, un précurseur en la matière !

    Mon fils, voyageur dans l'âme et pratiquant des Arts martiaux orientaux a lui aussi été surpris par l'ignorance (et la bêtise), au-delà des frontières, puisqu'il s'est rendu en Malaisie pays en proie à devenir musulman à coups d'humiliations et de lavages de cerveaux (sachez, au passage, que mon fils, curieux de beaucoup de choses, s'est intéressé de près à l'islam au point de l'embrasser pour un mois... mais pas plus, il en est "revenu", s'en est débarrassé parce qu'il s'est aperçu qu'il n'y avait que violence et obscurantisme dans les propos des "chefs religieux"). Il m'a confirmé que certains "musulmans", de Malaisie ou d'ailleurs, soutiennent mordicus que la Terre est plate. Que les bobos-gogos excusent le fait qu'il s'agit de "musulmans", mais c'est un fait, une réalité ("en corrélation avec cette montée de l'ignorance, on assiste à une montée de l'islamisme. Ce vide spirituel et culturel qui saisit nos sociétés est l'avatar du djihadisme, du complotisme, du fanatisme et de l'obscurantisme"), et il ne faut pas se... voiler la face (re-excuses pour ce vilain jeu de mot !)

    Wikipédia grand malheur ! J'ai beaucoup travaillé avec cette encyclopédie en ligne qui m'a fait découvrir des "trésors" (notamment en botanique)... mais plus maintenant... J'ai même dit tout le bien que j'en pensais "À propos d'objectivité..." dans un article (Sémantique, éthique et piques : "... l'encyclopédie en ligne Wikipédia est un exemple de neutralité. C'est d'ailleurs pour cette raison que je la consulte régulièrement, de préférence à tout autre, pour mes articles mais aussi dans mes recherches personnelles")... mais plus maintenant, donc : le défrichage est lancé, je l'ai constaté depuis environ les années 2006. Et depuis environ 2012 une nette baisse de la qualité des documents présentés me saute aux yeux avec évidence : inexactitudes, omissions, fautes d'orthographe, de syntaxe et lexicales... Ces ressentis ne viennent pas de moi, puisque l'auteur de l'article sus-cité le souligne ("dans le domaine de la littérature et en histoire, c'est un agrégat d'informations nivelées par le plus grand nombre. Il n'y a plus de hiérarchisation du savoir") comme pour confirmer... re-re-malheureusement (j'aurais préféré me tromper)

    Voir [http://gigeoju.eklablog.com/commentaires-reflexions-de-2018-regression-p1341494]

    Thèmes proches

    Réflexions de 2018

    « Féminisme » et autres « réjouissances »

    La virilité fera-telle un retour en 2018 ?

    [archive]

    Note du Saker Francophone

    « La masculinité ne peut être abandonnée que lorsque l'environnement est stérilisé et contrôlé et entièrement sûr ». C'est sans doute une phrase à retenir. Depuis quelques semaines, on assiste à un engouement certain pour cet angle d'attaque dans les milieux anti-système. Et c'est à juste titre tant les risques de disruption sont forts et même bien avancés.

    Mais j'irais plus loin que l'auteur [Brandon Smith]. La bascule vers plus de contrôle social et d'individualisme au dépend de la virilité et des valeurs masculines a beaucoup à voir avec le niveau d'énergie mécanique dont nous allons disposer. Dans une société robotisée, les hommes et même les femmes disparaissent. Si le niveau d'énergie et de confort baisse, la virilité va ressurgir comme les champignons après une pluie d'automne. Les hommes n'ont disparus que dans l'espace médiatique.

    Question : Faut-il le souhaiter si ces mêmes hommes n'ont de cesse que de donner à leur famille les meilleures conditions de vie possible ?

    Thèmes proches

    Elle s'est tenue éloignée des récentes polémiques sur le harcèlement sexuel, mais Brigitte Bardot sort du silence, ce mercredi 17 janvier dans Paris Match, et ne prend aucune pincette pour dire tout le mal qu'elle pense de cette affaire.

    "Concernant les actrices, et pas les femmes en général, c'est, dans la grande majorité des cas, hypocrite, ridicule, sans intérêt. Cela prend la place de thèmes importants qui pourraient être discutés. Moi, je n'ai jamais été victime d'un harcèlement sexuel. Et je trouvais charmant qu'on me dise que j'étais belle ou que j'avais un joli petit cul. Ce genre de compliment est agréable"

    a estimé l'ancienne gloire du cinéma français, avant d'être plus virulente encore.

    "Or il y a beaucoup d'actrices qui font les allumeuses avec les producteurs afin de décrocher un rôle. Ensuite, pour qu'on parle d'elles, elles viennent raconter qu'elles ont été harcelées... En réalité, plutôt que de leur profiter, cela leur nuit"

    a ajouté Brigitte Bardot, qui n'a pas gardé de bons souvenirs de ses années dans le cinéma et confie d'ailleurs avoir gardé peu de relations dans le milieu du 7e art.

    « La confusion règne. Il semblerait que nous ayons de plus en plus de mal à parler ou écrire en français en France, donc à être compris. Nous sommes confrontés à plusieurs problèmes : le manque de précision du fait d’un vocabulaire de plus en plus restreint, le manque de culture générale, notamment en histoire, l’état émotionnel dans lequel se mettent les gens dès lors que, justement, ils n’ont pas les moyens de défendre leur point de vue. Non seulement ils montent sur leurs grands chevaux mais ils vous taxent d’élitisme si vous essayez de leur démontrer votre point de vue à l’aide de connaissances ou de références qui leur font défaut.

    [...] Un vocabulaire imprécis et un déficit de références entraînent un manque de nuances et un abus de stéréotypes, lesquels viennent encore accroître ces prémisses. Sans parler de cette tendance à masquer les situations gênantes et le réel en général par des affirmations péremptoires, vides de sens. Dans  1984 , Orwell expliquait déjà fort bien que sa  Novlangue  était un mode d’expression basique propre à interdire la pensée abstraite, donc l’intelligence... »

     

    Février

    La guerre contre Charb aura bien lieu…

    [archive]

    (Pour remettre les mémoires à l'heure, voir :
    Mercredi 07 janvier 2015 : émotion, colère, tristesse,
    Hommage à toi "Je suis Charlie")

    Un extrait :

    « Pendant près d’une heure, tout le monde en prend pour son grade : Sarko qui a "libéré la parole raciste", les cathos intégristes jaloux des islamistes, les juifs, les médias et le "mal choisi" terme "islamophobie". Mal choisi parce qu’il remplace "racisme" dans la bouche de ceux qui l’emploient et qu’il fait passer l’insulte supposée à l’islam au-dessus de la personne réellement victime de racisme : "que les musulmans ne soient vus que comme des musulmans, c’est au fond ce qu’ils veulent tous". Les prêcheurs d’islamophobie confondent volontairement un terroriste caricaturé avec tous les musulmans, ce faisant "ils prennent les musulmans pour des cons". Et ça, Charb n’aime pas. »

    Réflexions de 2018

    « Fin de la représentation, les caricatures à l’écran laissent place à des remerciements et à un "special fuck : ils se reconnaîtront…" Cette fois, l’acteur Gérald Dumont a pu aller au bout de son texte [...] pas comme ailleurs où il n’a pas même pu le débuter. Marika Bret, DRH de Charlie Hebdo, commence le débat par un "ouf !". Mais la tactique des censeurs a marché. Dans l’amphi, la plupart des "étudiants" ne le sont plus depuis bien longtemps. La menace fantôme ou l’intimidation comme mode d’action.

    C’est un étudiant qui prend pourtant la parole : "cette semaine, toutes les affiches annonçant l’évènement ont été taguées". Une dame embraye : "pendant la représentation je n’ai cessé de me dire "là, je suis d’accord, là je ne suis pas d’accord…" mais on s’en fout, je suis venue au nom du pluralisme", assène-t-elle avant de reprendre un trémolo dans la voix : "j’ai été extrêmement choquée qu’on essaye d’interdire cette lecture dans une université française".

    [...]

    La parole est vive, tous ont apprécié le spectacle. Une prof se lève : "j’aimerais vous inviter à l’université de Nanterre, mais je suis sûre que ça ne passera pas. On est la seule fac où on n’a pas pu afficher 'Je suis Charlie'. Dès le lendemain de chaque attentat, on voit se multiplier les étudiantes voilées. Chez nous, ça ne pose plus de problème à certains de dire 'Je suis Mohammed Merah'".

    [...] »

     

    Mars

    Génération « J'ai le droit »

    [archive]

    Un tableau navrant de "l'éducation" de "nos" jeunes (publié le 04 mars 2018 par Jean Paul Brighelli), dont le titre, sur le site de Causeur est plus explicite :

    L’école des progressistes a déraciné deux générations de Français - Barbara Lefebvre dénonce la génération "j'ai le droit"

    (Jean-Paul Brighelli, le 06 mars 2018)

    Excellents !!!

    Commençons avec ce moment ridicule, mais je crains qu'il n'y a pas là de quoi rire...

    LES MONOLOGUES DU VAGIN (L’imprécateur)

    [archive] - Voir l'article sur L'Échelle de Jacob

    J'en suis restée bouche bée... et indignée comme Garaudet Jeannine, une femme donc, le 12 mars 2018 :

    "On est vraiment tombés au fond de la poubelle !!! Quelle décadence, ces "femmes" sont vraiment une honte, et dire que ça représente la France. Même une p… péripatéticienne a droit à plus de respect !!! Au secours !!! Vivement la naissance d’un Sauveur, on en a grand besoin !!!"

    Et brugiere (13 mars 2018), plus cru, mais bien dans la note de cette lamentable prestation de ces 3 femelles décrépites... du cerveau et de la bienséance :

    "Ces salopes qui se disent ministres sont certainement "en manque". Cela ne m’étonne pas. Quelles connes ! Elles ont une circonstance atténuante : le pays est en plein chaos. C’est le moment pour les tordus de sortir de leur trou."

    Extrait de l'article qui date du 11 mars 2018 :

    « Dans sa théorie des pulsions, Freud dit que le besoin d’extériorisation de la sexualité trahit souvent un grave déficit de celle-ci dans l’intimité maritale. Les maris ou amants de mesdames Schiappa, El Kohmri et Bachelot l’auraient-ils petite et inefficace ?
    Vous voulez l’égalité homme-femme ? Ce n’est pas en faisant étalage public de gaudriole que vous l’obtiendrez. Et commencez d’abord par vous pencher sur le cas des plus démunies face à l’agressivité sexuelle de leurs hommes, les musulmanes. Et si, comme il semble, vous en ignorez tout, je vous recommande la lecture du livre de Carmen Ben Laden, ex belle-sœur du célèbre terroriste, « Le voile déchiré ». Vous y apprendrez que les femmes musulmanes aspirent à trouver plus de liberté et d’égalité dans la sexualité, mais contrairement à vous qui le faites dans la vulgarité la plus cynique, elles le font dans la dignité.
    En y réfléchissant, non, laissez tomber, vous seriez incapables de prendre leur défense. Il faudrait vous opposer aux contraintes, aux brutalités et aux situations d’infériorité que l’islam impose à ces pauvres femmes, et c’est contraire à votre idéologie rétrograde. »

    « L’heure est grave, Monsieur le Président... »

    Poursuivons avec plus de gravité. Comme l'a écrit yves tarantik le 16 mars 2018, à la suite de la lecture de l'article présenté plus bas :

    "Que dire de plus ? La lâcheté de nos prétendus édiles, leur aveuglement volontaire (ils ont été cent fois prévenus par des exactions multiformes commises sur le territoire national) nous incite maintenant à les traiter de collabos. Le mot n’est pas trop fort. Dans ce domaine de la défense du territoire national et de notre civilisation, Macron se révèle être ce qu’il est, un leurre, un "président fake news" selon son propre vocabulaire."

    "La république est l’ennemie de la France. Ceux qui n’en sont pas encore conscients vont découvrir peu à peu, non cette évidence que seul le déni permet d’ignorer, mais ses conséquences."
    (boticéa, 16 mars 2018)

    LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

    « Le vrai problème aujourd’hui
    n’est pas économique, il est culturel. »

    Réflexions de 2018

    Général Antoine Martinez, Officier général (2s)

    [archive] - Voir l'article sur L'Échelle de Jacob

    Extrait de l'article qui date du 13 mars 2018 :

    « L’heure est grave, Monsieur le Président. Gouverner c’est prévoir, et pour obtenir la concorde dans le pays, à condition de le vouloir, il faudra du temps (plusieurs décennies). Mais il faut auparavant réussir à rétablir un minimum de cohérence interne de la société sur les plans culturel et civilisationnel. Car l’obsession mondialiste et bien-pensante prônant le multiculturalisme qui n’est en réalité qu’un biculturalisme est une véritable imposture, mais une imposture sanglante. Et la menace qui pèse dorénavant sur la nation à cause de tant de trahison de la part de ses élites politiques peut être illustrée par ces trois citations révélatrices et à méditer :  

    « La nationalité musulmane est une supranationalité (…) Elle est au-dessus de toutes les nationalités (…) L’islam n’a plus à être considéré comme une simple religion mais comme un fait politique majeur dans notre pays (…) l’islam est un phénomène socio-politique (…) c’est une idéologie de lutte, une idéologie d’agression »
    (Dali Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris),
     

    « Ce corpus de textes et d’idées que nous avons sacralisé depuis de nombreuses années suscite l’hostilité à notre égard du monde entier (…) Est-il concevable que 1,6 milliards de personnes puissent penser qu’elles doivent tuer les autres membres de l’humanité, qui compte sept milliards de personnes aux fins de pouvoir vivre? »
    (Abdel Fattah al Sissi, président de l’Égypte),
     

    « Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques nous vous dominerons »
    (al Qaradawi, théologien prédicateur des Frères musulmans).

    Il est donc temps de crever l’abcès. Repousser l’échéance ne fera qu’aggraver la situation car il n’est pas nécessaire d’être grand clerc pour comprendre que l’absence de décisions fermes des dirigeants politiques pour inverser le cours néfaste de cette islamisation à marche forcée de notre pays, contraire aux intérêts de la nation française, conduira inévitablement au chaos, à la guerre – cette guerre qui vient inexorablement – sur notre propre sol. Car 30 % des musulmans dans notre pays aujourd’hui (28 % cf. rapport Institut Montaigne) sont radicalisés, réclament l’application de la charia et utilisent leur « religion » comme un outil de rébellion contre la société française et contre l’Occident en général. Ils combattent nos lois, nos valeurs, nos principes de vie et sont prêts à en découdre. Et des citoyens, de plus en plus nombreux, attachés à leur héritage historique, spirituel et culturel, exaspérés par l’aveuglement, le déni et le manque de courage de leurs élites politiques et ne comprenant pas leur absence de vision à long terme sont, eux, de plus en plus déterminés à vouloir défendre la terre de leurs ancêtres, leur patrie, contre les derniers arrivants qui rêvent du califat mondial. Il est déjà miraculeux qu’ils aient fait preuve de sang-froid et de responsabilité après les carnages et les actions barbares qui ont frappé la France récemment. Mais personne ne peut dénier au peuple français le droit de vouloir défendre son identité et manifester sa volonté d’assurer sa continuité historique. C’est son droit le plus légitime. C’est le droit de tout peuple, de toute nation. Depuis trop longtemps, par naïveté, manque de clairvoyance, déni de réalité, voire collaboration croyant sauver ainsi la paix civile et sociale, la classe politique n’a cessé de fournir et mettre en place tous les ingrédients qui alimentent les tensions et conduisent à la guerre sur notre propre sol. »

    Fermons (provisoirement, malheureusement...) ce débat avec le long commentaire de Jean-Claude Beïret Montagné (14 mars 2018) :

    "Ce qui n’est pas encore dit, mais qui se renifle à force de propos divers de ce "président" est qu’il brigue la présidence de l’Europe. Il est prêt à tout et à n’importe quoi pour y parvenir. Il possède l’art de brouiller la partie en jetant sur la table un paquet de jetons, tous en même temps et ses services utilisent à plein les médias pour attirer l’attention du public sur toutes sortes d’affaires parfois d’ailleurs graves, hélas comme des crimes. Les réalités de la politique conduite dans les cabinets ministériels n’apparaissent que pour la SNCF, important mais pas vital, et puis là aussi, où est la vérité ? Et pendant ce temps, on travaille dur dans l’ombre et en cachette sur des sujets importants et graves pour l’avenir que l’on découvrira plus tard, trop tard. Pour les cas critiques, il peut compter sur le "canard" qui fouille la m... par habitude depuis bien longtemps avant la guerre et qui ne sort que ce qu’il faut sortir, à la demande du patron pour occuper les esprits à regarder ailleurs que là où ce serait bien de voir les malversations en cours.
    En ce moment, on se dispute pour savoir que faire d’une certaine "cagnotte" qui n’en est d’ailleurs pas une en regard de la dette de l’État, mais cela occupe de précieuses minutes perdues à la radio et à la télévision.
    Cela semble être le propre des politiciens depuis le président Giscard d’Estaing de procéder ainsi, mais Emmanuel Macron a amélioré le système en travaillant "à la louche" et non plus à la cuiller.
    Pour ce qui concerne le comportement dénoncé par le général Martinez, on ne peut qu’être inquiet, le veau d’or est dans les Émirats, donc chez des pratiquants de l’islam. Le général a tout dit et bien dit.
    En m’engageant en 1943 dans les FFC
    [Forces Françaises Combattantes], je voulais contribuer à détruire une dictature, ce qui fut réussi. Mais ce n’était pas pour obtenir ce que nous vivons à présent. C’est écœurant !"

    23 mars 2018

    Attaques en France

    « C'est le pays judéo-chrétien qui est attaqué par l'islamisme. Mireille Knoll était juive et le militaire Arnaud Beltrame, catholique...

    C'est la nation française,
    les racines judéo-chrétiennes qui sont attaquées.

    ... Soutien aux Juifs et aux Chrétiens français, à l'origine de notre pays. » (Françoise P.)

    Réflexions de 2018

    Arnaud Beltrame

    Attentats dans l'Aude (Carcassonne - Trèbes)

     

    Réformer l'Europe...

    Excellent commentaire de Francois Griesmar (30 mars 2018)

    Vu dans Le rêve évanoui d’Emmanuel Macron

    « Comme presque tous les hommes politiques, M. Macron est prisonnier de la vision de l'Europe de MM Monnet, Schumann & Cie : en réaction contre les excès des chauvinismes et nationalismes dont la pire incarnation fut le nazisme qui faillit anéantir notre civilisation, il s'agissait en gros de détruire les États-nations et de « photocopier » l'État français avec agrandissement de 400% ou 800% pour ainsi bâtir un super-État européen... sous protectorat étasunien en ce qui concerne la défense (cf. la CED) et sans vocation à contester les instruments de la domination de l'hyperpuissance, comme le rôle pour le moins excessif du dollar. Pour faire bon poids, en se référant à la stupide expression de Victor Hugo ("Les États-Unis d'Europe"), on n'a pas cessé depuis lors de nous présenter cette conception supranationaliste et fédéraliste comme "européenne" – sous-entendu la seule acceptable – et toute personne ayant une autre vision de la coopération européenne comme "anti-européen" (comprenez "arriéré", "réactionnaire", "nationaliste", "facho", "crypto-nazi", etc.) : faute d'arguments, on insulte les contradicteurs en usant d'intimidation médiatique et de terrorisme verbal pratiqués ad nauseam par les médias classiques, triste pratique élaborée et perfectionnée par des mouvements antidémocratiques violents (extrême-gauche, communistes, ultra-nationalistes, nazis - Hitler a écrit des lignes cyniques mais très pertinentes sur ces méthodes). Mais, à force de vouloir interdire le débat, on suscite l'amertume, la colère, le rejet : le Brexit et certains autres mouvements de rejet - parfois brutal - du fonctionnement de l'UE en sont le résultat. [...] »

    >>> la suite du commentaire dans l'article.

     

    Fin mars 2018

    Il y a des bouteilles à la mer qui finissent par arriver... (L'Échelle de Jacob)

    Le trimestre se termine avec cette lettre ouverte de Yann Vallerie, Rédacteur en chef de Breizh-info.com, à destination des dirigeants et des peuples de l’Europe de Visegrád. Elle ressemble à un cri de détresse, un appel au secours de ce petit peuple d'Europe de l'ouest perdu dans ce grand moment de solitude tel un naufragé... Combien de temps tiendra-t-il encore ?

    Lettre d’un Européen de l’ouest aux dirigeants et aux peuples de l’Europe de Visegrad [archive]

    Réflexions de 2018

     

    Dans le même état d'esprit, tout aussi intéressant et important :

    Qu’est-il arrivé à l’Occident dans lequel je suis né ?
    [archive]

     

    Abordons le 2e trimestre (avril - mai - juin) >>> [Réflexions de 2018 - 2e trimestre]

     

     

     

    haut de page