• Commentaire 2019 « Avec quelle nationalité tu ne sortirais jamais ? » : l’idiocratie sur YouTube

     

    Ah l'ignoble pays que voilà... Retour d'un séjour à Paris. Ou, du moins de ce qui fut Paris un jour, un jour lointain, très lointain...
    Ah l'immonde cul de basse fosse que cette ville est devenue ! Grand collecteur puant de toute la laideur du monde. Flot ininterrompu de merde odorante ! Émonctoire géant pour toutes les chiasses de la terre !
    Des vagues d'étrons ignobles, tous pareils, yeux vides et regards torves, torchons ternes, sacs à viandes tristes... Cohortes de cafards sans âmes. Hymne à la hideur ! Repoussoir à beauté ! Tambouille de morts vivants, encore plus crevés que morts ! Parfois une petite étincelle qui s'allume dans les yeux de zombies devant une vitrine encore plus colorée, encore plus vulgaire, encore plus moche qu'une autre et qui peut un instant ralentir le flux... Et tout ça qui vous poisse comme un vomi, un glaviot gras...
    Putain la saloperie de ville !
    Mais qui peut encore survivre dans cet enfer sans flammes ?
    Une colonie de cloportes peut-être mais qui d'autre ? Des asticots ?
    Des douches, des heures de soleil, la mer et la montagne n'en viendront pas à bout avant des semaines de cette gangue qui colle à la peau comme une glu grisâtre et malsaine...
    Plus jamais, putain. Plus jamais.

    internaute David Vincent à propos de l'article de Causeur « Avec quelle nationalité tu ne sortirais jamais ? » : l’idiocratie sur YouTube [archive sans média]

     

    Voir

    __________

    Paris 1920

    Jean Claude Vasseur
    "vous recommande cette vidéo d'une qualité exceptionnelle de Paris en 1920"

    Prévert 1933

    0-0-liens divers à trier

    Le capitalisme selon Jacques Prévert : "Citroën" 1933

    Paris 1950

    Le Paris de Patrick Buisson

    L'ex-conseiller de l'ex-président a consacré un documentaire au Paris disparu, "Si Paname m'était conté", une déambulation en noir, d'un noir crasseux, et blanc dans le Paris des années 1950 conté et chanté par Piaf, Prévert, Aragon, Simenon, Les Frères Jacques, Mouloudji...