• Amérindiens - Langage des signes

    Page créée en avril 2019

    Le langage du silence

    Nous parlons peu...

    Transmis par Langelier Lyli - Les peuples autochtones en images

    Voir aussi « Yoga de la Parole » (jpg)

     

    Toutes les tribus indiennes ne parlaient pas la même langue. On pense qu’il existait plus de 300 dialectes différents. Si deux villages étaient distants de 50 kilomètres, leurs habitants ne se comprenaient souvent pas du tout !

    En revanche, toutes les tribus connaissaient les bases de certains autres langages, plus anciens.

    Le premier est le langage des signes

    Amérindiens

    C’est un peu le même langage que les sourds-muets, mais en moins compliqué. Pour dire qu’il venait de manger, un indien faisait le geste de mettre deux doigts dans sa bouche et puis il faisait un rond avec sa main sur son ventre. Si l’indien faisait un geste signifiant que son ventre était ballonné, alors le sens changeait, cela voulait dire "J’ai beaucoup mangé". Pour dire "J’ai vu", l’indien montrait ses propres yeux avec son index et son majeur en V. Pour parler d’un indien, il levait son index gauche. Mais pour dire un étranger, l’indien levait son index droit. Si l’étranger était un blanc, l’indien continuait son geste en traçant une barre sur son front. En effet, à cette époque, tous les blancs avaient des chapeaux sur la tête. Les doigts en V par-dessus la main à la verticale voulaient dire "À cheval".

    Langage des signes et autres gestes, voir

    Les sourds ont une histoire !

    Les Indiens communiquaient par d’autres signes

    Un des plus connus sont les signaux de fumées. Pour envoyer son message au village d’à côté, un indien choisissait un endroit dégagé et se faisait aider. L’un allumait un feu de branchage. Celui qui connaissait les signaux donnait l’ordre à deux aides de recouvrir le feu un instant, puis de dégager d’un coup. Cela formait un gros nuage. Blanc si on faisait brûler de l’herbe grasse. Si c'était avec d’autres herbes, cela créait un mince filet de fumée très noire si l’indien voulait annoncer qu’un malheur était arrivé. C’était un peu comme quand on fait des ronds de fumée avec une cigarette ! Un premier nuage disait : début du message. La grosseur des nuages, leur couleur, le rapprochement des nuages signifiait des choses bonnes : une victoire, une bonne chasse, ou encore des mauvaises choses, comme un deuil.

    Enfin, les indiens marquaient avec beaucoup de signes la nature, quand ils se déplaçaient. Une branchette cassée et retournée indiquait "Nous sommes allés dans cette direction". Un petit caillou sur un gros caillou voulait dire qu’il y avait des troupeaux de bisons. Parfois, l’indien nouait un paquet d’herbe ou deux à une branche. Il pouvait disposer des brindilles sur le sol. Des brindilles en carré signifiaient "Attention ! Village de blancs". Certains signes voulaient dire "À un jet de flèche, il y a une source d’eau", ou bien "Nous poursuivons trois bisons".

    Enfin, un dernier langage, compréhensible par tous, était les idéogrammes, les petits dessins qui ornaient les arcs, les peaux de bêtes ou des tipis. Si le propriétaire d’un tipi peignait un élan dessus, cela voulait dire qu’il avait une force tranquille. Si c’était un épervier, c’est qu’il avait une vue perçante et de l’endurance.

    Les Indiens avaient donc plein de moyens de communiquer et pas simplement la langue !

    Langelier Lyli - Les peuples autochtones en images - Lien FB (06/01/2019)

    Discussion

    Marguerite Desrosiers - J'adore les mots mais souvent c'est dans le non-verbal qu'on connaît la vraie nature de quelqu'un... - [à un internaute] Tiens... un autre oiseau de  nuit... J'adore cette paix de la nuit le "vacarme" de la civilisation qui devient un murmure... J'ai l'impression de veiller sur tout le monde. La richesse de l'héritage autochtone c'est qu'on entend le silence... Mon heure magique c'est l'aube... je renais à chaque matin [...] - [en réponse à d'autres] Oui et je remarque qu'ils ont passé beaucoup de cette "gestuelle" aux Français pour communiquer... Nous utilisons encore beaucoup de ces signes... Comme en Amérique du Sud... Il y a une série extraordinaire sur "les Amériques avant 1492" sur APTN [Aboriginal People's Television Network, un réseau de télévision pour les peuples autochtones du Canada]. On nous parle du peuplement des Amériques et de l'intelligence de ces nouveaux arrivants ! C'est génial ! Ça donne une grande leçon d'humilité : les Européens ne leur ont rien appris en fait !! Sans les armes à feu ils auraient dû rentrer chez eux ! Mais les conquêtes, c'est l'histoire du monde.

    Raymond Gosselin - Moi aussi j'adore les mots, les gestes aussi, mais le silence a son charme, l'écoute de la nature car elle nous parle et entendre ce silence quand tous sont dans leur sommeil, c'est le repos du guerrier, repose bien toi aussi.

    Bernard Romero - [...] c'est drôle aussi quand je lis "qu’il existait plus de 300 dialectes différents. Si deux villages étaient distants de 50 kilomètres, leurs habitants ne se comprenaient souvent pas du tout"... et ben chez nous encore à l'heure actuelle on parle encore notre dialecte [...] bien qu'on soit une minorité c'est à près d'une distance de trois ou un peu plus de km, on parle chacun un dialecte tout différent et parfois même entre nous on n'a pas les même mots et expressions, bien sûr qu'on est à la frontière germanique ce qui explique que notre dialecte ressemble à s'y méprendre à la langue allemande car nos grands parents ont changé de nationalité trois fois entre 1870 et 1945 ça a dû être terrible ! ... notre province pourrait à elle seule vivre de ses propres ressources et il aurait été mieux de nous laisser sur le côté germanique... n’empêche [...] ça dérange ceux qui à tout prix aimeraient presque nous interdire ce dialecte, mais moi comme certaines autres personnes nous continuons à l'enseigner encore actuellement parallèlement à la langue française et... à quoi bon savoir l'anglais et uniquement le français si de l'autre côté du fleuve (le Rhin) ils parlent l'allemand ha ha, nous on se comprend mais pas ces "détracteurs" à Paris et c'est très bien et n'est-ce pas beau de pouvoir jaser dans sa langue maternelle ? ... ce qui me fait sourire... enfin presque car je trouve ça ridicule, c'est qu'à Paris il y a une maison représentant notre région ou province comme on dit chez vous et vous savez qui représente notre région ? ... un qui n'est pas de chez nous et qui parle uniquement le français !!! n'est ce pas un affront ? [...] mais bon on est comme vous, on est fiers de nos origines et ça personne ne pourra nous l'enlever [...] Ah ça fait du bien de se défouler croyez-moi.

     

    La Série

    Amérindiens

    Voir aussi

    Cuisine - Amérique précolombienne

     

     

     

    haut de page