• Génération Z

    Page créée en mai 2018

    Aujourd'hui, en France, ils sont 16 millions

    0-0-Génération Z

    ... Qui donc ?

    ____________________

    D’après une plaquette de Acadomia, 2017 + les photos

     

    Ces jeunes nés après 1995, après Internet, avec les écrans et les réseaux sociaux.

    Ils sont la nouvelle Génération Z, petite sœur de la Génération Y.

    Connectés - une grosse majorité des Z communique plus en ligne qu'en ''physique'' -, impatients*, collaboratifs - les Z s'inscrivent dans un rapport horizontal aux autres - et passionnés : la Génération Z a développé une véritable culture en rupture radicale avec celle des générations précédentes. Tout est différent dans leur manière de saisir et d'agir sur le monde : leur rapport à la technologie, au temps, aux autres, à eux-mêmes.

    ____________________

     

    8 secondes, c'est le temps dont un Z a besoin pour juger si un sujet l’intéresse ou non ; 12 minutes, son temps de concentration maximal.

    En fait, fiers d’eux-mêmes, les bouillonnants Z ont pour défauts l'impatience et l’impulsivité ; ils sont aussi zappeurs et têtus.

    Enquêtes SEG (Swiss Education Group)

    0-0-Génération Z

     

    Pour l’éducation, ils représentent une véritable révolution : leurs modes de vie, leurs rythmes, leurs intérêts n'ont plus rien a voir avec ceux de leurs aînés.

    Pour les Z, le monde change, le travail change, l’université change... Ils apprennent partout et sur tout : Internet, MOOC, YouTube (tutoriels), médias divers, amis (via les réseaux sociaux)... L’école n'est qu'un canal parmi d'autres (et encore pour une toute petite partie d'entre eux)

    Collaboratifs, ils partagent énormément de contenus pédagogiques visuels (schémas, infographies, etc.)

    Les Z seront adultes dans un monde radicalement nouveau, global, agile, connecté.

     

    0-0-Génération Z

     

    65% des enfants qui entrent à l’école aujourd'hui exerceront des métiers qui n'existent pas encore.

    50% des compétences actuelles en entreprise seront obsolètes dans 2 ans.

    ____________________

    Voir "Softs skills" : formateurs, développez-les ! (iforpro.com) - 07 mai 2014

     

    Le contrat de travail ''à vie'' cède le pas à l'ubérisation et la ''free-lancisation'' de l’économie. La hiérarchie classique cède devant une horizontalité où la coopération prime sur le contrôle. L'entreprise des rêves des Z fait ainsi voler en éclat les modèles hiérarchiques traditionnels.

    0-0-Génération Z

    L'entreprise des rêves des Z est aussi plus confiante, le bon patron qui fera confiance à ses équipes ; plus responsable et porteuse de sens, les Z étant concernés par le pourquoi.

    0-0-Génération Z

    L'envers du décor

    Cependant, après ce portrait enthousiaste, exalté même, il faut aussi tenir compte du côté "J’ai le droit" de la Génération Z.

    L'article, je le trouve assez mal écrit et pompeux, mais il a le mérite de mettre le doigt sur les aspects négatifs de cette Génération Z.

    Cette dernière n'en est certes pas responsable, mais, comme pour ses points positifs, elle est le résultat de plusieurs facteurs (informatiques, éducatifs, culturels, sociaux, politiques...) imbriqués, dont les racines plongent dans un passé sur plus de 4 décennies.

    Mais si Mai 68 a marqué son temps, il ne peut être comparé à ce qu'aurait pu être un ''mai 2018''. La similitude n'aurait pu se noter que sur les défilés, les grèves et la violence, sur la forme et non sur le fond. Nous avons changé d'ambiance depuis...

    Voici l'intro de l'article annoncé.

    « Génération "J’ai le droit". Curieux titre qui s’éclaire très vite : cette génération, dit Barbara Lefebvre (enseignante d’histoire-géographie, exerçant depuis toujours en proche banlieue parisienne, et qui se fit connaître il y a quinze ans en participant aux ''Territoires perdus de la République'' avec Georges Bensoussan, alias Emmanuel Brenner) — cette génération donc est celle du selfie, de l’élève au centre et d’un ego dilaté qui ne se conjugue au pluriel que sous la forme du communautarisme. ''''Je'' prend tout l’espace, écrase par son irréductible souveraineté un ''Nous'' qui aura servi au genre humain à faire société depuis des siècles, sinon des millénaires.'' Ni société, ni nation. Le Je du ''j’ai le droit'' est le rêve des marchands qui pensent que la disparition des États-nations leur permettra de vendre plus de portables et de gadgets électroniques. C’est un Je d’autant plus certain de son importance qu’il est en fait à valeur nulle... »

    > lire la suite

     

    Que conclure ?

    Tout d'abord il n'y aura jamais de conclusion. Tout est en perpétuelle évolution. Nous nous devons de faire le point, au coup par coup, quand un problème surgit.

    L’Éducation Nationale se trouve en fait prise en étau entre 2 gros problèmes :

    1) la ''vieille école'' avec son lot poussiéreux d'autoritarisme aveugle et de brimades, ses cours magistraux qui ne laissent aucune place aux élèves pour poser des questions et dire ce qu'ils ne comprennent pas...

    2) la ''révolution informatique'', qui attire les élèves avec ses chants de sirènes. Loin de les ''ouvrir au monde'', elle les enferme dans une non-réalité qui n'a rien à voir avec la ''vraie'' vie, Sans compter que les contenus balancés sur le web sont bien souvent sujets à caution voire dangereux pour l’intégrité psychologique des enfants ; qui plus est, les réseaux sociaux les pressent à donner un avis sur-le-champ, les privant d'un temps de réflexion salutaire...

    Les outils pour surmonter les difficultés doivent se forger sur la réflexion : consolider les atouts de la Génération Z et atténuer ses défauts et ses excès. Nous nous devons de faire le point, une juste et honnête réflexion...

    Par exemple, il serait dommage de jeter tout le haro sur l’éducation ''à la papa''. Celle-ci, malgré les nombreux reproches, justifiés, qu'on peut lui faire (trop grande sévérité, sélection à l'aveugle et sur ''pedigree''*...) n'en possède pas moins des qualités qu'il ne faut pas perdre de vue (dictée, calcul mental, récitation...)

    ____________________

    Voir Le passé simple est une exigence de justice sociale (Jean-Michel Blanquer) in Réflexions de 2018

     

    * Une déperdition de talents.

    Chaque année en France, 800 000 enfants, environ, intègrent le premier degré, pour quelques petits milliers de places dans les ''meilleures écoles'' en haut de la pyramide.

    Entre les deux, c'est un gâchis de talents qui n'ont pas été détectés, valorisés.

    Cf.  P. Cahuc, S. Carcillo, O. Galland, A. Zylberberg ''La ''machine à trier - Comment la France divise sa jeunesse'' (Eyrolles 2011)

    Acadomia

    0-0-Génération Z

     

    Autre exemple, il est dangereux d’être trop permissif et d'abaisser les difficultés (notamment en langue, en orthographe), ce qui n'aide en rien l'enfant, au contraire, le rendant indigent de la communication écrite, de là, orale (parle mal, vocabulaire pauvre)

    Ou de ''ridiculiser'' l'Histoire en n'y apportant que ce qu'on veut y mettre, sans souci de chronologie, ce qui constitue une nouvelle discrimination, larvée cette fois et non au vu et su de tous, comme naguère (ce qui rend l’appréciation d'autant plus difficile, ironiquement dans un monde qui revendique tant de ''transparence'' !)

     

    Acadomia a identifié 4 langages et 3 compétences qui paraissent incontournables et doivent être transmises aux élèves.

    1. Le langage national, en l'occurrence pour ce qui nous concerne, le français (Certificat Voltaire)
    2. Le langage scientifique, les mathématiques
    3. Le langage international, soit l'anglais (Cambridge English)
    4. Le langage universel, la programmation informatique

    ____________________

    Voir Comprenette

    Les 3 compétences

    1. Savoir travailler ensemble, les ressorts du travail collaboratif
    2. Construire la confiance en soi, parler en public, partager ses opinions, faire des propositions...
    3. Oser s'engager, faire preuve de capacité d'action pour innover et créer

     

    ____________________

    Documentation

    Série 'FRANÇAIS' de Gigeoju

    Voir aussi

     

    Lire aussi des liens externes divers

    Éducation nationale

    Faits de société

    • La force de la chance et des rencontres

    [https://www.linkedin.com/pulse/la-force-de-chance-et-des-rencontres-sandra-blanc-mesnel]
    - 16 mai 2018

    • L'ego ne paye pas l'impôt

    [https://www.linkedin.com/pulse/lego-ne-paye-pas-limp%C3%B4t-bertrand-jouvenot]
    - 14 mai 2018

     

     

     

    haut de page