• Commentaire 2018 Réflexions sur la "régression"

    Commentaires janvier-février 2018

    sur l'article

    Nous sommes en pleine régression intellectuelle

    Voir Réflexions de 2018

    Pour nous mettre dans le bain

    L'évidence de Lou Rougnous :

    "Le niveau général baisse de façon dramatique. Il suffit de lire beaucoup de commentaires truffés de fautes d'orthographe et de syntaxe pour s'en rendre compte"

    Le commentaire de Golgoth 30 :

    "La solution pour contrée cela serait un gouvernement énergétique"...

    La proposition d'Anonyme140766 :

    "Tant que nous n'aurons pas résolu le problème de l’Éducation Nationale, qui se conduit en caste fermée, détentrice du "savoir enseigner", on n'en sortira pas [...]"

    Beaucoup d'auteurs de ces commentaires profitent de l'espace pour placer leur convictions politiques et égratigner l'adversaire. Je me refuse de relever ces propos tant ces convictions sont subjectives et n'ont rien à voir avec le sujet évoqué. Les "c'est la faute à Untel" m'énervent autant que des propos stupides sur quelque sujet que ce soit. J'ai donc procédé à un tri et classé grosso modo les commentaires par thème, ne gardant que ceux qui me paraissent neutres et apportent quelque chose au débat.

    En fait, les causes de cette régression intellectuelle sont multiples et prennent racines dans bien des domaines, aussi variés qu'inattendus.

    Des causes environnementales

    [il est] de plus en plus difficile de pouvoir partager des bonnes conversations sur des sujets variés avec des personnes rencontrées dans différentes situations et endroits. Peut-être c'est la faute de l'alimentation industrielle, les ondes wifi. Il y a beaucoup de différence par rapport à il y a 25 ans,

    constate avec tristesse montp34montp, tandis qu'issou précise, en ce qui concerne l'alimentation, en citant les "perturbateurs endocriniens" [voir ci-dessous] et va plus loin en invoquant le "remplacement ethnique (70 de moyenne en Afrique)". Pour Polémique Victor, "le QI baisse régulièrement depuis 1970" et ajoute que cette baisse est "liée à des facteurs environnementaux et il est évident qu'elle impacte les résultats scolaires et la compréhension des individus" :

    "Les scientifiques, et pas les historiens médiatiques, se sont demandé pourquoi. Cette diminution constante qui est aussi visible dans des pays où Internet est très peu répandu, proviendrait des perturbateurs endocriniens et du manque d'iode chez les femmes enceintes qui bloquerait leurs actions."

    Il nous invite à visionner "Demain, tous crétins ?" de Arte...

    ... malheureusement plus lisible sur Youtube :-( [https://youtu.be/bSHgVAvZXjA]

     

    Je me rappelle un rêve à propos des "petits pots" industriels destinés aux bébés... Devenus obligatoires par la loi, ils contaminaient nos bambins, non pas par des bactéries, mais à l'aide d'un "produit" caché qui avait pour but de les transformer peu à peu en sortes de zombies sans âme ni volonté... Inquiétant mais prémonitoire ?

    Lepénoïde débranché approuve :

    Socrate s'alarmait déjà en son temps de l'inculture et des incivilités des jeunes, ce n'est pas nouveau. Nous sommes TOUS incultes aujourd'hui devant la masse gigantesque de données et leur diversité, et Polémique Victor a raison de mentionner les nuisances environnementales qui affectent dangereusement nos organismes et nous conduisent vers une grave dégénérescence organique et mentale [...]

    Mais pour Vieuxprof rien ne va plus !

    Si nous n'étions qu'en régression intellectuelle, mais il semblerait que tous les domaines soient atteints : Architecture avec ses boîtes vitrées, musique copie de la musique [de] certaines civilisations, peinture sans aucune finesse. Comparer un drap tergal qui n'avait pas besoin de repassage et le drap synthétique qui sort maintenant de votre machine. Les boutiques du centre ville qui ont disparu et supprimé ainsi le "lèche-vitrine" tellement leur décoration attirait le regard. Mais nous avons des voitures, des téléphones, des ordinateurs et surtout la télé avec ses crimes et ses stupidités. Avec une seule chaîne, c'était beaucoup mieux. Mais j'oubliais, vous êtes trop jeunes pour pouvoir comparer.

    Voir

    Culture Internet !

    Camisard précise :

    [...] Il faut noter aussi que le niveau baisse dans le monde médiatique et journalistique. Les rares émissions intelligentes type "Ce soir ou jamais" ont été supprimées ou programmées tardivement pendant que tous les Hanounas qui pullulent dans toutes les chaînes de télé ou radios sont grassement payés pour abrutir les masses réduites à leur fonction consumériste.

    Que dire sinon va plus loin :

    Le fait que nous serions en "régression intellectuelle" ne fait pas de doute dans un monde qui croie que seule la pensée encyclopédique fait foi. En fonction de ce critère il y a régression intellectuelle puisque seuls les gens de peu de connaissance, à la parole vide et délirante ont pignon dans les médias pour s'exprimer. Mais ce monde de la pensée encyclopédique est très déficitaire dans la pensée simple et pratique : regardons l'état économique et industriel de la France, la pensée de certains politiques et syndicalistes accrochés au XIXe siècle, etc.
    Afin d'évaluer l'état de la pensée d'un pays, il va falloir trouver de nouvelles échelles de valeur en rapport avec la révolution industrielle informatique et les nouvelles valeurs de la pensée.
    Peut-être alors que nos universitaires de vieille culture reverront leurs analyses surannées.

    La culture, c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale.

    L'avènement d'Internet et des réseaux sociaux a permis de lancer à la face du monde la pauvreté intellectuelle et l'ignorance qui, sans eux, restaient cantonnées dans leurs retranchements. À l'instar des vrais érudits, l'individu lambda se croit désormais capable de donner son avis sur tout et sur rien, puisque la "liberté d'expression" est "son droit"... La pression est telle, qu'il lui faut porter un jugement à la minute où il reçoit l'information, la réflexion n'ayant plus sa place (d'ailleurs elle n'en a jamais eu dans les milieux faibles intellectuellement)... quitte à insulter, quand, à bout d'argument, il se sent acculé et n'a pas le matériel dialectique et lexical pour faire face aux "attaques" (ce qui arrive vite...)

    Carl Van Eduine taxe l'article d'"Analyse partiellement fausse, remède juste" et développe : "Ce n'est pas Internet, mais l'abandon de l'enseignement structuré qui a abêti bien des gens" en insistant sur ce point :

    Maintenant, c'est vrai que Wiki est un réservoir de savoir plus ou moins vrais, et qu'il faut donc apprendre à utiliser les outils Internet. Mais ce n'est pas une pensée nouvelle. Ce sont juste des outils nouveaux, qui permettent d'aller plus ou moins vite à des informations qu'il faut apprendre à recouper : ils exigent en fait encore plus de savoir faire.

    Quand j'étais lycéenne, années 1970, une prof d'anglais pestait contre nous en disant que nous ne savions pas nous servir d'un dictionnaire bilingue... Qu'attendait-elle pour nous l'apprendre ? Il me semble que cela doit faire partie de l'enseignement d'une langue étrangère, tout comme apprendre l'usage du dictionnaire en français...

    Milac admet, du bout des doigts (sur son clavier) toutefois, que "Oui, l'accès au bac de 80% d'une classe d'âge, la possession d'un diplôme du supérieur par la moitié des jeunes n'ont pas tenu leurs promesses", puis développe :

    On a massifié et pas démocratisé réellement. Les routes du numérique donnent l'illusion d'un accès facile à la culture. La culture populaire (chanson, romans à l'eau de rose, etc.) a pris le dessus sur la culture savante.

    ... puis cette réflexion, ma foi  pertinente, sur l'auteur de l'article comparé au rôle d'un (véritable) historien :

    La formule est péremptoire, elle ne peut être que le produit d'une réflexion superficielle [...] on sent chez cet auteur étiqueté historien par le miracle de l'onction médiatique, une nostalgie d'un monde révolu. Le rôle d'un historien est de comprendre que la culture générale, la réflexion très argumentée, la curiosité intellectuelle sont le fait de la même minorité qu'il y a 50 ans, ce qui a changé c'est la définition de la culture qui englobe aujourd'hui tout, noyant la culture traditionnelle dans cet océan de connaissances.

    Qualité vs quantité

    Je ne pense pas que le fait qu'il y a "plus de choses" découvertes et décrites de nos jours, donc à assimiler (?), y soit pour quelque chose dans la "régression intellectuelle". En fait, il ne s'agit pas de tout savoir, d'avoir "lu tous les livres", mais de qualité, de connaître à bon escient et de côtoyer ce qui vaut la peine de l'être. Certains ouvriers ne veulent connaître que ce que leur métier exige et il n'est pas question de les forcer à "savoir" plus, ce serait une atteinte à leur liberté... Il faut donc faire attention à ne pas mélanger ceux qui se contentent de posséder à fond la maîtrise de leur métier, d'un art, etc. et les soi-disant érudits qui se dispersent et font et disent n'importe quoi : il y a un monde entre eux...

    Camisard le dit à sa manière :

    Quant à ceux qui possèdent un certain savoir technique... on pourrait dire qu'ils ont quelques lacunes dans leur ignorance générale [...]

    Zasttava déplore le fait que de nos jours c'est aux entreprises "de revérifier le niveau de connaissances des candidats sur des éléments pourtant basiques" :

    Il y a quelques années, mon entreprise a dû créer des tests de connaissance du français et de la géographie pour les recrutements, alors qu’auparavant nous ne faisions passer que des tests de connaissances techniques propres au poste.
    Nous ne recrutons pas souvent, mais d’après ce que j’ai compris de ma collègue RH, ce test est vite devenu indispensable ! Nous recevons des candidats pourtant diplômés, mais la valeur de ces diplômes n’est plus probante…

    Mauvaise distribution

    Une autre tendance se développe, sorte de radio trottoir, qui consiste à demander à un professeur de géologie, par exemple, son opinion sur la politique de Tel ou sur la cueillette des fraises en Papouasie, puisque son titre de "Professeur" accorde un certain sérieux à ses réponses. On ne s'embarrasse plus des compétences de la personne sur le sujet !

    Enfant, j'ai eu des maux de ventre tenaces. Une amie de ma mère lui conseilla un "spécialiste". Ma mère : "un gastro-entérologue... ?" ce que à quoi l'amie répondit : "oh, un spécialiste en tout..."

    T'es l'meilleur !

    J'ai moi-même produit un commentaire, m'apercevant qu'un thème n'avait pas été abordé : le syndrome du premier de la classe ou du parent qui a pondu la perle rare ! Voilà un autre aspect de la "régression..." qui est largement répandu et qui continue de s'étendre comme une tache d'huile...

    Être cultivé ne veut pas forcément dire être “intelligent” et vice versa. Et il faut arrêter de prendre le “i” de QI pour “intelligence” alors qu’ils signifie “intellectuel”. Un maçon, un menuisier sont des “intellectuels” en ce sens qu’ils sont tenus de lire des plans, d’organiser un chantier, de savoir se servir d’outils dangereux en toute sécurité, etc. Il faut plutôt déplorer le manque de culture générale qui grandit (et oublier ces tests QI… stupides qui ne mesurent rien du tout, basés sur des valeurs “occidentales” exclusivement). Internet et Cie y sont pour quelque chose, mais aussi, et tout aussi important, le fait “qu’on” met dans la tête des gens qu’ils sont les plus beaux, les plus forts, etc., “qu’on” les place dans un environnement d’oisiveté et de luxe, “qu’on” leur permet d’en faire le moins possible les incitant à la paresse (innombrables gadgets issus du commerce-profit à outrance) etc. [pour le 2e point, voir plus haut Culture Internet !]

    Voir aussi

     

    ____________________

    Voir d'autre pages de Gigeoju

    • [http://gigeoju.eklablog.com/francais-inclusive-commentaire-26-11-2017-p1323400]
    • [http://gigeoju.eklablog.com/francais-regards-sur-notre-francais-p1303278]
    • [http://gigeoju.eklablog.com/francais-pas-vouloir-speaker-globish-p1323446]
    • Évolution ! (Commentaires)
    • Génération Z

    ____________________

    Liens externes

     

     

     

    haut de page