• Amérindiens - Inuit

    Page créée en avril 2019

    Le Peuple inuit des territoires du Nord-Ouest

    0-0-court-brouillon

    Cette sculpture de la fin des années 1960 montre une adoption traditionnelle, validée en 1969 par le juge J.H. Sissons des territoires du Nord-Ouest (photo de Jane George)

    Elle fait partie des sculptures de la collection Sissons-Morrow d'art inuit des territoires du Nord-Ouest, actuellement en exposition [avril 2019] à la cour de justice du Nunavut à Iqaluit.

    Cette collection commença en 1956 quand Kaotak, un homme reconnu non coupable d'avoir tué son père, présenta à Sissons une sculpture représentant le procès.

    Après quoi, Sissons engagea des sculpteurs locaux pour peindre des étuis en pierre, ivoire, bois de caribou, métal...

    Plus tard, le juge William J. Morrow poursuivra la collection.

    Meeguich Biron - Les peuples autochtones en images

     

    Inuits chasseurs

    Inuits chasseurs

    La photo « Eskimos Seal (phoque) Hunting » aurait été prise en 1919 par Ewing Galloway
    (internaute Denis)

    « Juques à present ces Sauvages (Inuits) ont été si barbares & farouches qu’ils n’ont point epargné les Européens quand ils ont pu les surprendre à terre hors de leur navires. Leur trafiq ne consiste qu’en la peau de loup marin, qu’ils tuent fort adroitement en mer. Ils en vivent & le mangent tout cru quand il est encore tout chaud; ils en boivent le sang; ils en font seicher aussy au soleil pour manger le long de l’année. Ils s’habillent fort commodement de cette peu (peau) sous laquelle ils mettent des peaux d’oyseaux sur leur estomach & sur le dos pour se tenir chaudement (...) ».
    Sexte LE TAC, Récollet, 1689.

    Musée de la Neufve-France

    Réactions de novembre 2019

    En juin 1689, Sixte Le Tac se serait effectivement rendu à Plaisance (Terre-Neuve) afin d’y fonder une Mission. Les Béothuks étaient alors les habitants autochtones de Terre-Neuve jusqu’à leur extinction en 1829. (Denis)

    Ce texte date de 1689. À cette époque le terme "Sauvage" était utilisé pour décrire ces peuples de première Nation (Pierre-Georges). En 2019, ce mot ["sauvage"] a été banni tellement on l’a dénaturé mais on peut avantageusement le remplacer par Nihirowisiw pour référer à quelqu’un qui vit en équilibre avec son milieu (Denis)

    Frédéric développe sur les "sauvages"

    [Certains auraient] raison de nourrir une [...] amertume [contre le mot "sauvage"] mais il faut préciser... À cette époque [1689] le mot "sauvage" en français n'était pas péjoratif comme en anglais. Cela voulait seulement dire "Humains vivant pour/par et dans la nature". Au contraire, et cela transpire dans les documents historiques (Henri IV et Champlain), les Français d'alors, à tout le moins le "politique" en plus des mixages entre Amérindiens et Français, considéraient les Amérindiens tels des peuples "nobles". Ceci bien contrairement aux Britanniques ! C'est la différence entre le traité de la Grande Paix de Montréal (une vraie Confédération de nations traitant d'égal à égal) et les réserves de perdition britanniques qui suivirent à la suite de leur conquête - sans parler de leurs trahisons incessantes devant quelque parole donnée (même signée), jusque aujourd'hui d'ailleurs...

    C'est ce qui est triste quand [certains autochtones disent] "vous", refusant la distinction sous prétexte de couleur de peau et de racialisme, une attitude que pourtant [leurs] ancêtres ne nourrissaient pas (c'est essentiellement une mentalité issue du "maître" germanique/anglo-saxon qui a transpiré semble-t-il).

     

     

    La Série

    Amérindiens

    Voir aussi

    Cuisine - Amérique précolombienne

    Lien externe

     

     

     

    haut de page